carte routière Sea caribbean -

Le 13 mars,

Le vent diminue, cela fait 3 jours qu'un coup de vent nous est tombé dessus. Heureusement que nous avons pu faire cette escale. Une fois de plus la météo était fausse.

Nous partons au lever du jour à 6 h 00, pour un parcours de 694 milles nautiques (environ 140 heures), au pré en s'arrêtant par 2 fois, sur de petites îles, afin de dormir.

 

Le 16 mars,

Bon anniversaire Roger mon frère a pris une année de plus.

Première halte à l’île Beata en République Dominicaine.

Après 3 jours de nav, à 2 h 30 du matin, nous mouillons par 8 m de fond. Au moment de faire la marche arrière afin de fixer l'ancre dans le sable, le moteur s'arrête net, l'hélice bloquée. Nicole me dit : je pense que nous avons pris un filet.

Fatigué de cette dure navigation de plusieurs jours, je mets 50 m de chaîne. Demain sera un autre jour, j'irai plonger pour voir les dégâts, en attendant je vais dormir !

Après une courte nuit, petit déjeuner pris, je descends à l'eau et je constate que nous avons bien un cordage de gros diamètre qui nous bloque l'hélice.

Je mets 45 mn à dégager mon hélice en apnée avec le couteau. Essai du moteur, tout tourne bien ! Ouf !!!

Plusieurs embarcations passent près d'Odysséa dont une avec instance. C'est trop ! Nous levons l'ancre et mettons en route Odysséa.

A ce moment là, la lancha qui avait tournée autour du bateau revient avec un officiel galonné à bord et se colle à mon bord. L'officiel nous pose des questions en anglais, d'où nous venons où nous allons. Je fais semblant de ne pas bien comprendre et lui explique que nous venons de Cuba et faisons route vers Saint Martin.

Un civil tenant un cahier, me demande mes passeports. Je fais celui qui ne comprend pas, je remets en route Odysséa. L'officiel nous fait un signe de la main pour nous dire au revoir, le civil fait la tête car il avait espoir de nous soutirer quelques dollars.

Un quart d'heure après, nous traînons un casier bloqué dans le safran. Je retourne à l'eau pour la deuxième fois de la matinée, je dégage les bouteilles de plastique bloquées dans la mèche du safran par le codage qui les relie.

Nous nous remettons en route en slalomant entre les casiers et les filets sur une dizaine de milles

A 18 h 00, sur un virement de bord, le génois s'enroule autour de l'étai volant. En le dégageant, l'écoute me bloque l'avant bras droit sur le câble de l'étai volant et en se dégageant glisse, me brûlant le bras par friction.

Après 2 jours de navigation au pré serré en tirant des bords, à 18 h 30 nous mouillons la pioche à l'Ile Saona à la Punta Catuan sur la République Dominicaine, devant une plage de sable blanc peuplée de cocotiers.

Pour cette petite escale, nous sommes 3 bateaux à avoir mouiller dans ce mouillage tranquille .

R

 

Le 19 mars,

Cette escale nous a requinquée, avons bien dormi. Petit bain matinal pour Nicole (pas de bain pour moi, ma brûlure profonde est trop récente).

A 9 h 00, nous quittons le mouillage et reprenons notre navigation vers Saint Martin. Nous passons le long de la côte de l'ile Saona au moteur (pas de vent).

A 12 h 00, nous mettons Odysséa sous voile pour traverser le Passo de Mona, bras de mer entre la République Dominicaine et Porto Ricco Ile U.S.A.

A 4 h30 du matin, nous remettons en service M. Perkins, pour passer l'Ile Mona qui se trouve au milieux du Passo de Mona

A 7 h 10, Odysséa est sous voile, vent E.S.E, 10 nœuds au pré serré et nous tirons des bords pour passer Porto Ricco, où nous ne pouvons nous arrêter par manque de visa.

 

Le 20 mars,

A 12 h 30, le pilote automatique Autohelm nous lâche. Le bras qui actionne le secteur de barre force et fait un drôle de bruit, le pilote se met en alarme.

Nicole barre pendant 1 heure puis je prends la relève pendant 2 heures. Je me dis, ce n'est pas possible de barrer tout le temps, et une idée germe dans mon l'esprit.

Traversée vers St Martin Nicole (1)

 

Sur les conseils de Jacques de Gruissan, je sortsun gros élastique que j'avais en réserve pour cet effet. Me voilà entrain de fixer mon élastique sur ma barre à roue. Cela marche, l'élastique fait fonction de pilote tant que le vent souffleau dessus de10 nds. Il rattrape les mouvements de houle et les coups de risées.

barre à roue tenue par élastique

Nous arrivons à dormir 3 à 4 heures, chacun son tour, avec se système. Les voiles bien réglées Odyssea ne bouge pas de sa trajectoire. Quelle chance !!