Le 20 janvier 2018,

Ce matin, nous préparons le bateau pour partir vers Cuba, quand une annexe arrive au bateau à vive allure. Le capitaine nous demande si nous n'avons pas eu de vol cette nuit ; il nous annonce que l'on a volé des pares battages et des drisses.

En regardant bien, je constate qu'il me manque 2 pares battages. On nous les a volés dans la nuit, c'est un peu ennuyeux, mais pas mortel.

A 11 h 00, à la marée montante, nous quittons le mouillage de Livingston et nous passons la passe d'entrée en raclant le fond de notre quille sur le banc de sable et coquillages morts. Merci à M. Perkins ; c'est 50 CV nous ont aidés.

Nous mettons le cap sur les Îles du golfe du Honduras, Roatan pour prendre de l'Est afin de faire un pré jusqu'à Cuba.

En voulant dérouler mon génois, je galère et je m'aperçois que l'on m'a sectionné ma drisse de génois, je ne peux plus dérouler mon génois. Le voleur de Livingston m'avait aussi pris une drisse, mais là c'était plus gênant, je ne pouvais plus manœuvrer.

En secours heureusement, mon frère Claude m'avait porté une drisse plus petite, en attendant d'en acheter une autre, elle fera l'affaire jusqu'à Saint Martin.

 

Le 21 janvier 2018,

Nous mettons le cap sur Cuba, 160 degrés avec un vent de N.N.W, qui dans la nuit passera au N.E avec une mer agitée et un vent qui passe de 8 nœuds à 30 nœuds, sous grains avec une pluie fine.

Nous mettons 5 jours et 21 heures depuis Livingston avec un vent dans le pif où la mer nous a mal menée.

Nous arrivons sur Cuba à 8 h 00 du matin après avoir parcourus 887 milles nautiques et tirés 3 bords, plus 30 heures de moteur.

Nous posons l'ancre dans Caleta Porto Francés. Un petit déjeuner copieux et partons au lit pour récupérer.

La traversée a été éprouvante à cause d'une mer croisée, un vent fort de 28 à 30 nœuds et au pré cela tape fort, donc les nuits ont été très difficiles.

 

Punta Francés - Coucher soleil 28

Punta Francés (4)