ILE GUANAJA,

Le 31 juillet,

Nous appareillons en direction du Honduras, à 456 milles nautiques de notre position pour rejoindre la première île Guanaja, en contournant très au large la côte du Honduras pour cause de piraterie.

La météo est très favorable pour les 80 heures à venir, le cap est mis au Nord, avec un vent Est.Nord.Est. avec 27 nœuds. Odysséa avance à 6 nœuds sur une mer agitée, sous une allure de bon prés, bon plein.

La première journée de navigation a été difficile dû à une mer très désordonnée avec des creux de 2 à 2,50 mètres.

La plus grande partie de la deuxième journée a été plus confortable. Nous naviguons au largue sur une mer qui se calme en fin d'après midi. Nous mettons 2 lignes de traîne et à notre surprise nous attrapons sur chaque traîne 1 daurade coryphène de 2 à 2,5 kg. C'est l'euphorie, nous ne savons plus ou donner de la tête, et que va t on en faire ?

 

Côte du Honduras- Daurade 2 kg

La troisième journée, navigation vent arrière avec génois tangonné. Odysséa roule d'une façon confortable, c'est salon de lecture dans le cockpit !

 

HONDURAS - Ile Guanaja (9)

 

Notre arrivée à l’île Guanaja se fait sous spinnaker avec 10 nœuds de vent.

 

Arrivée Spi à Guanaja (1)Arrivée Spi à Guanaja (3)

 

A 15 h 30, nous mouillons face à sa capitale Bonaca seul port de l’île.

 

HONDURAS - Ile Guanaja (19)

 

Nous y retrouvons au port le voilier que l'on avait rencontré à Cartaghène, puis à Providencia. Nous allons leur dire un petit bonjour et nous leur amenons des filets de daurade pour leur repas. Le sourire est de mise sur le bateau, c'est le poisson préféré du capitaine nous dit on.

Nous descendons faire un tour au village, demain nous ferons les papiers !

Nous sommes que quelques bateaux au mouillage, c'est super tranquille.

 Le Honduras

Le Honduras a un littoral sur les deux côtés de l'Amérique Centrale. La côte s'étend sur 400 milles sur la mer des caraïbes.

Un groupe d’îlots et de cayes dont les 3 Îles Guanaja, Roatan, et Utila, sont les îles principales, elles sont appelées les îles de la baie (Islas de la Bahia). Ces trois îles sont très réputées pour leurs eaux cristallines et de ce fait très connu.

Les 3 îles furent cédées au Honduras en 1859 par la Grande Bretagne. La population est d'environ de 7 millions d'habitants. La langue principale est l'espagnol mais on parle anglais dans les îles.

Les habitants sont d'origine britannique et beaucoup parlent encore anglais. Ils descendent de pirates écossais et anglais de colons venus des îles Cayman au XVIII siècle et aussi de noirs caraïbes de St Vincent déportés à Roatan à la fin du XVII siècle.

Henry Morgan, le pirate très connu, avait un repaire à Port Royal sur Roatan et selon la légende, il serait enterré sur l’île d'Utila.

Le Honduras est un pays pauvre, l'agriculture est la principale activité économique, le café, les bananes et le bois de construction sont les principaux produits exportés.

Coté végétation, des milliers de pins, c'est un pays montagneux.

Le 4 août 17,

 

HONDURAS - Ile Guanaja (1)

 

Tôt le matin, en premier lieu, nous faisons notre entrée à l'immigration dont l'agent fort gentil nous guide dans les ruelles afin de faire les photocopies de nos passeports et de notre titre de navigation à une épicerie, l'immigration n'en a pas de photocopieuse, pas d'ordi !

Nous payons 120 lempiras par personne (10 $US).

Il nous donne une feuille jaune où est inscrit que l'on peut rester 40 jours sur les 3 îles, Guanaja, Roatan et Utila.

En deuxième lieu, direction la capitainerie qui se trouve sur le port. Ne trouvant pas le capitaine, un habitant vient à notre rescousse et va chercher le capitaine.

Il nous demande d'entrée une photo de notre voilier, chose que je fais immédiatement avec mon téléphone portable depuis la jetée du port. Puis il photocopie tous les papiers, titre de navigation, passeports et la photo du voilier, qu'il envoie à Tegucigalpa, la capitale du Honduras dont le nom signifie « colline d'Argent », dans la langue indienne.

Une autorisation de naviguer pour 60 jours nous est donné par le capitaine, C'est super, nous ferons la sortie « zarpe » sur la dernière île Utila.

Île Bonaca,

La capitale BONACA est étonnante. La ville est installée sur un îlot central minuscule entouré de maisons sous pilotis dans une eau limpide, au sud-ouest de la grande île. Les maisons sont colorées, les ruelles en béton et ses canaux qui la fait ressembler à une petite Venise. Les ruelles sont reliées entre elles par de petits ponts qui enjambent des canaux.

 

HONDURAS - Ile Guanaja (4)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (10)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (12)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (14)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (15)

 

 

HONDURAS - Ile Guanaja (22)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (21)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (32)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (27)

 

HONDURAS - Ile Guanaja (26)

 

Ici tout se fait par l'eau. Les ruelles sont très animées. Bonaca s'anime plus intensément à l'arrivée du bac qui avitaille l’île en denrées diverses (légumes, fruits frais, boissons planches, fer à béton, briques, sacs de ciment....). A ce moment là, nous voyons circulé des chariots, des diables qui s'activent au déchargement de celui-ci.

Ces petites ruelles dont certaines n'ont pas 1 mètre de large sont reliées entre elles par de petits ponts, elles sont bordées de boutiques en tout genre, restaurant, cafés, ateliers …

On ne se déplace sur l’île qu'à pieds et de toute façon aucun véhicule ne peut circulé vu l'étroitesse des rues. Les gens indifférent à notre présence, réponde à nos saluts d'une façon aimable et souriante. Nous déambulons dans ce labyrinthe de ruelles en passant par tous les points cardinaux et bien sûr la côte au vent. Malheureusement une multitude d'objets hétéroclite en pastique s'amoncelle ainsi que bois en tout genre .

Nous restons 2 jours devant la ville bruyante dû au va et vient incessant de petites et grosses embarcations à moteur qui circulent toute la journée, la nuit et tranquille.

Nous récupérons une wifi peu performante à la bibliothèque, car une tempête tropicale nous est annoncée dans notre secteur.

Du 6 au 12 août 17,

Nous partons nous mettre à l'abri à l'E.N.E. au Noth East Cay, non loin d'une mangrove profonde en cas de cyclone.

Nous mouillons à proximité de 2 autres bateaux déjà en place. Le mouillage est paisible, silencieux. Des bars restaurants bordent la côte.

 

Ile Guanaja- mouillage Norht East cay (3)

 

Nous avons comme voisin un voilier américain, il vient nous rendre visite et nous annoncer la venue pour la nuit de la dépression. Elle doit passer sur Guanaja, avec des vents de 40 km/h pour 22 h 00 et devait durer jusqu’à 2 h du matin.

Nous préparons Odysséa à affronter cette dépression en pliant toutes les bâches de protection du soleil, en autre le bimini, l'éolienne bloquée, les panneaux solaires fixés et mettons 65 m de chêne. Odysséa est prêt.

Nous passons la nuit tranquille, avec peu de vent et nous nous demandons où est passé cette dépression tropicale qui devait se transformer en cyclone !

Nous apprenons le matin qu'elle est passée au large de Guanaja et qu'elle s'est déporté sur la côte du Yucatàn où elle s'est transformée en cyclone.

 Le 7.08,

Nous profitons de cette journée pour visiter les alentours, où une légère brise et un beau soleil nous accompagnent.

Balade dans la mangrove où sont éparpillées quelques maisons construites sur pilotis en planches et poutres de bois.

Ile Guanaja- mouillage Norht East cay (17)Ile Guanaja- mouillage Norht East cay (15)

 

Nous nous arrêtons au bar Manati pour nous désaltérer. L'accueil est chaleureux, il est tenu par un couple d'origine Anglaise. La maison est typique en bois du Honduras.

 

Guanaja - Restaurant Manati (4)Ile Guanaja- mouillage Norht East cay (4)

 

 

 

 

 

 

Guanaja - Restaurant Manati (3)Guanaja - Restaurant Manati (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La connexion wifi est très faible, elle nous permet quand même de prendre la météo et de lire nos mails.

Nous revenons sur Odysséa avec plein de plaques rouges et nous nous posons des questions sur leurs provenances, (intox alimentaire, virus ? enfin une saloperie que nous avons attrapé).

Au cours d'une nouvelle visite au bar Manati, nous montrons notre désagrément à la propriétaire. De suite et sans hésitation, le verdict tombe :

Ce sont des morsures de " sunflights " " petits moucherons minuscules à la morsure redoutable", ils sont plus petits que la pointe d'un crayon bien aiguisé, nous ne les voyons pas et ils nous attaquent à la tombée de la nuit.

 Le 11.08,

Nous quittons le mouillage de Noth East Cay, contournons l’île pour le Nord Est pour aller mouiller de l'autre côté de l’Île. Il est bien protégé et tranquille (point GPS : 16°28'654W Nord / 85°54'460W), un coin rêvé où de belles pages de sable blanc nous accueillent.

 

Guanaja (11)

 

Guanaja (14)

 

Guanaja (15)

 

 

Nous passons 2 jours à farnienter, bain, lecture, apéro et carénage.

 

Ile Guanaja- mouillage Norht East cay (14)

 

A ma grande surprise,  je trouve la coque assez propre, par contre sur la quille et le safran beaucoup d'algues .

 

Le 13 août 17,

Nous quittons le mouillage à 10 h 00, avec un petit vent E.S.E, grande voile pleine et génois déroulé. Surprise nous avançons à 6 nœuds. A 11 h 00, le vent diminue, nous mettons le spi et avançons à 6,5 nœuds sur une mer belle.

A 15 h 30, le vent forcît, nous affalons le spi de peur qu'il se déchire et remettons le génois et grand voile, le look annonce 5,5 nœuds. Cette navigation assez agréable nous fait arriver à Roatan à 16 h 45.

Nous entrons dans la passe avec précaution, moteur au ralenti, car les cartes Open Cpn sont fausses, aucune profondeur sur la carte.

Le chenal pour accéder au mouillage est balisé par 2 piquets blancs cerclés de rouge. Il faut bien passer au milieux, ensuite nous longeons le banc de sable à tribord où l'eau d'un bleu foncé indique une profondeur suffisante pour la quille.

Nous mouillons à proximité de French Harbour avec un vent E.S.E. de 20 nœuds, qui se renforce la nuit à 25/27 nœuds. Je rajoute de la longueur de chaîne afin que l'ancre tienne mieux, et pour plus de tranquillité.

 

Ile Roatan (13)

 

Ile Roatan - crevetier(7)

 

Le 14 au 17août ,

Île Roatan,

Nous partons faire un tour à terre à French Harbour, 1 mille à parcourir en annexe. Nous avons de grande difficultés pour amarrer l'annexe. Peu de passage pour accéder au village, les maisons sur pilotis donnent carrément sur la mer.

 

Ile Roatan (8)

 

Ile Roatan (4)

 

Ile Roatan (10)Ile Roatan (1)

 

Roatan (2)

Roatan (15)

 

Nous attachons l'annexe au Yacht Club Royal qui est désaffecté et laissé à l'abandon. Nous suivons le petit chemin qui monte et qui nous mène à des appartements de location du Y.C.R où un garde nous souhaite la bienvenu. Il nous autorise à passer en nous indiquant la direction du centre ville et celle du super marché. Très sympa ce garde.

Comme sur Guanaja, les maisons sont en bois plus où moins peintes sur le bord de la Lagune. Ce sont les plus déshérités qui habitent sur le lagon et dans le centre les plus aisés. Nous sentons fortement la présence des U.S.A sur cette Île, qui reçoit une forte manne touristique américaine. Les restaurants sont très chics et très chers avec vue sur le lagon. Des parcs aquatiques sont aménagés sur la côte au vent, protégés par les cays.

Pour nous autres les voiliers, cette côte est mal cartographié pour y accéder. Par contre les locaux slaloment entre les cays, qu'ils connaissent par cœur.

Sur le bord de la mer, construit sur des cays, un beau terrain de foot avec une pelouse en synthétique.

terrain foot bati sur caye Roatan (1)

Nous sommes toujours à la recherche de wifi, dur, dur ! plus difficile à trouver que sur l’île de Guanaja. La bibliothèque est toujours fermée. C'est une jeune fille, charmante, d'une société d'eau qui nous permet de nous connecter à celle de la société qui l'emploie.

 

Ile Roatan-

 

De retour vers notre mouillage, nous trouvons à l'extérieur de la ville, un grand super marché très bien achalandé. Nous y ferons nos plus gros avitaillement.

 

Du 16 au 19 août,

Nous retournons en ville, et laissons notre annexe à la marina désaffectée et allons voir le garde pour l'autorisation de passer par le Yacht Club. Ne trouvant pas de garde malgré nos appels, et voyant que le portinet est ouvert, nous sortons et allons à la ville faire des courses.

De retour devant le yacht club, nous voyons que le portinet est cadenassé. Au merde alors ! Nous appelons le garde qui se montre et nous tourne les talons sans retour. Nous sommes bien coincés, car pas de sortie sur le lagon, que des appontements privés !

Je passe par le chantier qui se trouve juste à côté de la marina, je fais l'équilibriste sur une poutre et je récupère l'annexe. Je reviens chercher Nicole au chantier ;« pas sympa ce garde, ce n'était pas le même que celui de notre premier passage, comme quoi des c …, il y en a partout dans tous les pays. »

Le 18.08, nous faisons une séance de snorkeling sur la caye en face de notre mouillage. Il faut la contourner avant l'entrée du mouillage, avant de prendre la mer. Nous évoluons dans cette piscine naturelle, où les poissons multicolores évoluent entre les coraux et les gorgones de plusieurs couleurs ; au détour d'une caye nous apercevons deux plongeurs avec scaphandre, en balade.

caye à French Harbour -Roatan (1)

caye à French Harbour -Roatan (3)

caye à French Harbour -Roatan (4)

caye à French Harbour -Roatan (8)

caye à French Harbour -Roatan (14)

Le 19.08, après un parcours de 8 milles au moteur, toujours pas de vent, nous mouillons devant Coxen Hole, la capitale de Roatan.

Ile Roatan (19)

Ile Roatan - Coxen Hole (4)

Ile Roatan - Coxen Hole (6)

Ile Roatan (24)

 

En visitant la ville, nous sommes invités à assister à un show évangélique. Un orchestre et un chanteur faisaient vibrer la salle. Des chansons religieuses très rythmées à la façon gospel. Soirée très agréable.

 

spectacle évangéliste Roatan (1)

spectacle évangéliste Roatan (5)

spectacle évangéliste Roatan (2)

 

Ce matin le 20.08 à 6 h 00, le vent monte brusquement, les tauds claquent très forts. Que se passe-t-il !

N'ayant pas pris la météo, je me pose des questions, car le vent monte brusquement à 35/40 nœuds. Je suis en alerte et mets toute la chaîne.

Après 2 heures, le vent se calme et diminue. Vers 12 h 00, nous descendons à terre et allons au petit restaurant afin de prendre la météo.

Oh  Surprise !, nous avons essuyé une tempête tropicale au nom Harvey, qui monte vers le golfe du Mexique et qui s'est transformé en cyclone par la suite. Ouf, une erreur de ma part de ne pas avoir regardé assez la météo. Ma météo n'avait que 3 jours.

 

Du 23 au 27août ,

Île Utila,

Départ le 23.08 à 9 h 45 pour une petite navigation de 28 milles, pour la 3 ième et dernière île du Honduras : Utila.

Nous arrivons dans cette île, après une navigation atroce par manque de vent, ce qui se traduit par de nombreux réglages de voiles et 3 heures de moteur.

Nous mouillons l'ancre à 18 h 00, après 9 h 00 de navigation, dans la baie de El Centro par 6 m de fond, et ceci après avoir évité de nombreux hauts fonds.

 

ile Utila - mouillage (2)

Côte Nord Ouest d'Utila (6)

 

Utila, on pourrait la surnommée « le paradis des plongeurs », l'eau cristalline y contribue beaucoup. La majorité des gens sont américains ce qui engendre la politique du dollar. Dans la rue principale, des clubs de plongée se touchent.

La ville est construite autour de la baie que la rue principale la contourne. Ce qui est surprenant, c'est la propreté des rues, avec de nombreux petits commerçants ; l’avitaillement n'est pas un problème ici.

Sur l’île d'Utila, nous trouvons une station de gaz. J'arrive à la fin de mes 5 bouteilles de camping de gaz vides, et me voilà parti à la station pour les faire remplir.

Mince alors, ils n'ont pas les raccords adéquates pour nos bouteilles camping-gaz ! Ce sont des raccords américains !

Nous avons entamés la cinquième, notre dernière, ce qui me réduit à ne plus faire de pain et ne plus le grillé le matin. L'agent du gaz m'assure que l'on pourra les faire remplir au Guatemala. Croisons les doigts !

Petite ballade dans les rues où nous découvrons quelques murs décorés artistiquement.

 

Ile Utila (21)Ile Utila (0)

 

Ile Utila (1)

 

Ile Utila (3)

 

Ile Utila (11)

 

Ile Utila (10)Ile Utila (12)

Côte Nord Ouest d'Utila (7)

Ile Utila (15)

Côte Nord Ouest d'Utila (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur l’île le manque de vent de ces derniers jours se traduit par de fortes chaleurs de 35 degrés à l'ombre. Ce qui est dur à supporter, les bains sont fréquents et bien agréable.

Le 26.08, hier en fin de soirée, nous avons eu un orage. Cela nous a amené une houle d'ouest désagréable avec un vent de 25 nœuds qui a soufflé durant une heure.

Ce matin calme plat, pas de vent, un ciel bleu où le soleil rayonne en nous envoyant ces flèches ultra-violet qui cuisent tout sur son passage. Odysséa est paré de toute sa panoplie de tauds pour nous protéger.

 

Du 27 août au 5 septembre,

 

Matinée en smorkeling sur la cay de l'entrée de la baie d'Utila. Jolis décors sous-marin. Les cays forment des champignons, décorés de gorgones qui oscillent au rythme de la petite houle.

 

 fond sous marin Utila (3)

 

fond sous marin Utila (4)

 

fond sous marin Utila (5)

 

fond sous marin Utila (6)

 

fond sous marin Utila (7)

fond sous marin Utila (13)

fond sous marin Utila (22)

fond sous marin Utila (8)

fond sous marin Utila (9)

fond sous marin Utila (24)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fond sous marin Utila (29)

 

Au point de vue poissons, cela manque de fréquentation, malgré l'apparition d'un beau barracuda et d'un poisson lune. Nous avons trouvé cela assez pauvre en faune.

Près du débarcadère où nous laissons l'annexe, deux petits requins sont venus nous voir, passant paisiblement à côté du boudin de l'annexe.

Depuis notre arrivée, toutes les fins d'après midi, nous entendons de la musique avec des instruments de percutions et de carillons. Aujourd'hui, nos partons à la recherche du lieu de provenance de ces sons harmonieux.

Notre recherche nous amène au groupe scolaire de l’île où des adolescents faisant partis d'un groupe musical, répètent tous les soirs avec leurs instruments, accompagnés de pas de danse pour le défilé de la fête scolaire.

Nous sommes invités à rentrer dans l'école afin de les regarder travailler. La recherche de rythmes harmonieux entre les percutions et de xylophones lyres (ceux ci sont portés sur les hanches des filles,) donnent aux oreilles une résonance agréable à cet orchestre de percussions. Pendant 1 h 30 nous assistons à cette répétition, qui est un vrai spectacle.

 

répétition de la fête scolaire à Utila (1)

 

répétition de la fête scolaire à Utila (5)

 

répétition de la fête scolaire à Utila (2)

 

répétition de la fête scolaire à Utila (8)

 

 

 

Notre départ d'Utila approche, nous préparons Odysséa (petit carénage), et faisons nos derniers approvisionnements.

Visite de l'immigration et de la capitainerie pour faire notre sortie sur le territoire du Honduras.

Pour la sortie cela nous coûte quelques lempiras (monnaie locale). II y a de la corruption chez les autorités d'Utila malgré des caméras reliés à la capitale, ils nous ont soutirés 3 dollars par personne pour la sortie.

La veille de partir, nous faisons la connaissance de l’équipage du catamaran Los Lobitos, Sébastien, Julie et les 3 enfants Eléa 13 ans, Marin 11 ans et Meige 7 ans. Les parents sont en congés sabbatique de 7 mois. Ils font une halte de 24 heures sur l'ile d'Utila.