LAGOS

Du 10 au 12.08,

Lagos, sur les rives du Rio Bensafrim, est une ville active et très peuplée, tournée vers le tourisme et la pêche. Par le passé, la ville fût le seul marché aux esclaves au Portugal.

La ville possède toujours quelques bâtiments remarquables ainsi qu'un musée intéressant et une vie nocturne animée.

Lagos est à 17 milles du Cap Saint Vincent, ce qui en fait une bonne étape pour ce reposer après la traversée de l'Atlantique.

 

1

 

La côte Sud-Ouest est rocheuse avec des falaises et des grottes façonnées par la mer. Des petites plages dont la majorité ne sont accessibles que par la mer font le délice des touristes. Ils y sont amenés par une centaine de bateaux à moteur de toutes tailles pour visiter cet entrelac de roches de falaises. Une vrai industrie !

 

7 - roche calcaire Lagos

7- roches calcaires et grottes

53 - roches calcaires à Lagos (10)42 - roches calcaires (3)

9 - roche calcaire Lagos

 

Nous plantons la pioche devant la ville de Lagos et rentrons dans le chenal.

 

39 - mouillage Lagos (2)

 

36 - entrée port Lagos

 

37 - entrée pot de Lagos

 

La vieille ville par elle même est très agréable avec ces vieilles maisons et ses multiples petites rues avec ces restaurants, fréquentés par des milliers de touristes.

Nous posons notre annexe dans le bassin des pêcheurs et nous voilà partis visiter la ville.

 

14 - Lagos

16 - Lagos

19 - Lagos

21 - Lagos

29 - Lagos

35

32 - Lagos

30 - Lagos

 

Dans la rue nous regardons un aborigène jouant d'un instrument typique nommé « didgeridoo ». Instrument de musique à vent de la famille des cuivres, bien qu'il soit en bois. Cet instrument est joué par les aborigènes du Nord de l'Australie. C'est une trompette en bois qui semble très ancien et pourrait remonter à l'âge de la pierre.

33 -arborigène à Lagos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

34 -arborigène à Lagos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une arrêt dans une taverne portugaise pour fêter l'an niversaire de Nicole (un peu en retard, nous n'avons pas trouvé de resto au milieux de l'Atlantique pour fêter cet événement ) qui se situait le 6 août. Nous prenons une spécialité de l’Algarve, le plat porte le nom de « Cataplana Tamboril » (plat de fruit de mer avec baudroie, crevettes, clams, pomme de terre vapeur dans une sauce, un délice !). Le décor du restaurant retrace l'histoire des pêcheurs.

35

 

35

La fatigue et la chaleur étant là, en fin d'après midi nous retournons sur notre Odysséa.

Le lendemain matin avec notre annexe nous partons à la découverte de ces fameuses falaises. Nous jonglons avec les bateaux à moteur pour visiter ces extraordinaires grottes, où nous rentrons d'un côté avec l'annexe et ressortons d'un autre côté. C'est admirable ce que peut faire la mer.

Spectacle grandiose !

 

48 - roches calcaires à Lagos (5)

60 - roches calcaires à Lagos (17)

63 - roches calcaires à Lagos (20)

100 - grottes à Lagos (8)

100 - grottes à Lagos (9)

Du 12 au 15.08,

Après 2 jours de repos et visite de Lagos nous partons pour Faro et ses lagunes.

1 - FARO (100)

Les lagunes de Faro sont sujettes aux marées, elles constituent un parc naturel qui bordent la côte, où de nombreuses colonies d'oiseaux qui nidifient et se nourrissent durant l'année, parmi lesquelles des cigognes et différents échassiers, hérons et hérons cendrés.

Après une navigation laborieuse par petit temps, nous approchons de l'entrée du phare Santa Maria par marée descendante. L'entrée, au Cabo de Santa María commune aux deux chenaux est bien balisée et le chenal est bien délimité par les brise-lames.

Pas de barre par beau temps, draguée de temps en temps, mais un sacré remous nous attend. Nous rentrons au moteur et Odysséa se fait secouer comme il ne l'a jamais été. Heureusement que les 50 CV perkins à haut régime ont été efficace ! Avec un moteur plus faible, nous aurions été pousser vers le large où vers les bancs de sable de l'entrée ! A 19 h 30, nous mouillons prés du phare à Ilha Farol.

Nous retrouvons à côté de nous le bateau IRIS de Philippe et Ingrid connu à Ponta Delgada aux Açores qui nous ont communiqué la météo durant une partie de la traversée.

Le 13.08, Petite balade sur le village de Santa Maria avec son phare et ses maisons blanches où les seuls véhicules sont les vélos.

Nous déambulons dans ces petites rues bien droites, passons à côté du phare et continuons notre chemin jusqu'à la plage où les touristes sont amenés depuis Faro par des bateaux navettes qui circulent dans la lagune.

2 - Ilha FARO

1 - Ilha FARO

3 - Ilha FARO5 - Ilha FARO

 

coucher de soleil à Faro

 

 

Le 14.08, Visite de Faro englué dans la lagune. Avec notre annexe nous remontons les chenaux au moteur dans le chenal de Praça Larga. Tout ce décor nous rappelle notre Bassin d'Arcachon.

Nous voyons les locaux en bordure des chenaux faire la cueillette de palourdes et clams sur les bancs de vase et sur les plages de sable.

F ARO (66)

lagune de FARO (9)

F ARO (67)

lagune de FARO (12)

Ville de FARO :

Ville peu touristique malgré l'aéroport qui se situe tout prés (2 km à vol d'oiseaux). La ville close de Cidade Velha, (la vieille ville) située juste à droite du Doca de Recreo offre une ombre de bienvenue durant les heures chaudes.

Nous passons l'annexe dan le petit port de plaisance de Doca de Recreo en passant sous la ligne de chemin de fer, 2 mètres au-dessus de notre tête.

F ARO (71)

 

La vieille ville fortifiée a gardé ses remparts et ses ruelles pavées sont remises en valeur. La ville est en pleine rénovation. En se promenant, notre regard est attiré sur le revêtement des rues. Le macadam est enlevé pour faire réapparaître les pavés d'origine. Durant les heures chaudes, nous flânons dans la vieille. Du port nous apercevons de superbes points de vue sur l'estuaire.

F ARO (80)

F ARO (73)

F ARO (96)

F ARO (75)

F ARO (88)

 

Des piaillement nous font lever la tête. Des cigognes blanches ont élues domicile sur les toits de la vieille ville.

F ARO (92)

F ARO (91)

 

La fin de la journée arrive et nous nous apprêtons à reprendre notre annexe. Ho ! Qu'elle surprise ! L'eau est montée et affleure le bord du quai ! C'est une marée à gros coefficient et la mer est tellement montée que notre annexe ne passe plus sous le pont ferroviaire. Il ne reste que 40 cm de passage, nous sommes bloqués et ne pouvons regagner notre bord.

Nous retournons vers la ville et décidons de chercher un petit restaurant en attendant que la marée redescende .

Dans une petit rue, où nous passons par hasard, nous sommes interpellés et sommes invités à visiter le restaurant Japonais. Coup de cœur, nous y restons et gouttons une multitude de plats. Le cadre est chaleureux et la nourriture est délicieuse.

resto japonais FARO (2)

Voilà ! Nous sommes repus et partons vers le port. La marée est bien descendue, nous pouvons quitter le port.

Nous regagnions Odysséa à la nuit tombante en passant dans les méandres des chenaux de la lagune bordés de bancs de vase,.

Le 15.08, nous changeons de mouillage. 5 milles nautiques plus loin, nous plantons notre ancre à la pointe CAIS dans l'autre chenal. Nous partons visiter Culatra petit village typique de pêcheurs aux maisons blanches.

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (21)

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (27)

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (16)F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (3)

 

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (19)

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (12)

 

 

Ce village est de plus en plus connu, on accède à la plage côté mer atlantique par une passerelle en bois qui permet de passer à travers les dunes.

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (5)

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (6)

F ARO village de pêcheurs de CulatraJPG (8)

 

Superbe petit coin ! La plage est magnifique, il n'y a que la température de l'eau qui nous retient ! Elle est un peu froide pour nous qui revenons des caraïbes ! Le village n'est pas bien connu du tourisme de masse, juste les locaux, nous espérons qu'il le restera longtemps !

Après avoir fait une connaissance avec un couple de Portugais qui vivent à Paris, des gens très sympathique, nous regagnons notre Odysséa.