l'ILE SAO MIGUEL,

Le 19.07,

Départ de Santa Mara en matinée pour Lisbonne.

Départ avorté pour Lisbonne. Après 2 jours de navigation au pré serré par force 5, avec 23/25 nœuds de vent, une rage de dent sournoise se déclenche dans ma mâchoire et nous oblige à faire demi-tour.

Nous mettons le cap sur Sào Miguel, l’île la plus grande afin de consulter un dentiste.

 Arrivée au port, une gentille plaisancière nous aide à amarrer le bateau et, après l'avoir informé du motif de notre retour, elle me communique l'adresse d'une clinique dentaire afin de me faire soigner.

A la clinique dentaire, il diagnostique une inflammation de la mâchoire causé par une molaire. Nous voilà bloqué pour 10 jours et durant ces 10 jours d'après mes fichiers Zgrib (météo marine), des vents d'Ouest se sont établis. Cela me fait doublement râler !

 

Du 22.07 au 03.08.18,

Nous profitons de ce séjour forcé pour revisiter l’île et approfondir les coins déjà visités.

Le 24.07, nous louons une petite voiture, une smart et partons visiter la 2ième plantation de thé, « chà » comme ils s'appellent en portugais, à Gorreana, .

Les plantations de thé, cultivé depuis la fin du XIXe siècle aux Açores (en 1878 deux honorables Chinois firent le voyage jusqu'à Sào Miguel pour enseigner aux Açoriens cet art difficile).

La fabrique de thé à Gorreana fondée en 1883 appartient toujours à la même famille qui l'a fondée.

 

fabrique de thé Gorreana (1)

Plantation de Gorreana (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De vieille machine sont toujours en fonction. Cette plantation est plus grande et plus authentique que celle de Formoso, par contre la visite se fait tout seul et par la même moins pédagogique.

 

fabrique de thé Gorreana (2)

 

fabrique de thé Gorreana (3)

 

fabrique de thé Gorreana (4)

 

fabrique de thé Gorreana (7)

 

fabrique de thé Gorreana (6)

 

Une très belle vue sur la côte et un circuit de randonnée bien balisé de 3 heures autour de la plantation a été créé. Dommage nous ne la ferons pas, car le temps est très pluvieux aujourd'hui !

 

fabrique de thé Gorreana (8)

 

fabrique de thé Gorreana (13)

 

Plantation de Gorreana (2)

 

Un petit rayon de soleil arrive et nous voilà escaladant la colline de la plantation. La plantation de thé est immense et la promenade est agréable, nous découvrons ces feuilles de thé vertes et luisantes qui font de cette boison si agréable et ancestrale. Des microclimats donnent aux feuilles une saveur différente suivant l'exposition des collines. La cueillette se fait mécaniquement d'avril à septembre.

 

fabrique de thé Gorreana (19)

 

fabrique de thé Gorreana (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fabrique de thé Gorreana (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cette plantation à une autre variété différente par apport à celle de Porto Formoso, c'est le thé vert. En dégustation deux thés nous sont offerts. Le thé vert est très agréable, et optons pour l'achat de quelques sachets.

Après la dégustation, nous reprenons la route bordée de platanes, jalonnée d'aires de pic-niques. Cette route nous amène à Rabo do Peixe de Santana, au restaurant de l'association Agricole  que l'on nous a recommandé pour son bifteck.

Hé ma foi, c'était succulent, la recommandation était bonne. Dans une belle salle, aux nappes blanches, aux nombreux serveurs, nous avons mangé un  bifteck tendre de 200 g servi avec une sauce au vin et des frittes, et pour moi un verre de vin de Pico. Bien agréable ce restaurant !  A recommander !

 

retaurant association agricole Santana (4)

 

 

 

Le ventre bien plein, nous reprenons la route pour le lac de Furnas (lagoa do Furnas). C'est le deuxième cratère de l’île, d'une superficie de 1,9 km2, il est situé à 281 m d'altitude, de forme presque rectangulaire que nous apercevons depuis le mirador du Pico de Ferro.

 

Lagoa de Furnas depuis Pico do Ferro (3)

 

Lagoa de Furnas depuis Pico do Ferro (4)

 

Lagoa de Furnas depuis Pico do Ferro (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les rives du lac, des sources hyper thermales naturellement chaudes et sulfurées (les caldeiras do logoa). Des petites fumerolles jaillissent naturellement à une température de 61,5 degrés. Dans des trous creusés dans le sol, on y prépare le savoureux pot au feu appelé « cozido das Furas » dont les légumes acquièrent un goût transmis par la chaleur souterraine durant les 6 heures de cuisson.

Puis une petitte halte au bord des rives du lac.

 

caldeiras lac Furnas (10)

 

caldeiras lac Furnas (4)

 

caldeiras lac Furnas (1)

 

caldeiras lac Furnas (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

caldeiras lac Furnas (2)

 

 

 

 

 

caldeiras lac Furnas (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Furnas lac (1)

 

Furnas lac (2)

 

lac Furnas (2)

Ces sources d'eaux sulfurées et de boues jaillissent dans toute la ville de Furnas dégageant une odeur de souffre.

 

parc Dona Beatriz do Canto -Furnas (1)

 

parc Dona Beatriz do Canto -Furnas (3)

 

parc Dona Beatriz do Canto -Furnas (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre prochain lac, est le lac de Fogo (lagoa do Fogo). L’accès se fait par une petite route qui monte en zigzag au sommet du cratère. Le Lagoa do Fogo apparaît grandiose et impressionnant ; Au fond se trouve d’inaccessibles plages de sable blanc et d'une petite péninsule couverte d'arbres. Dans l'eau transparente se reflète toutes les nuances de bleus. Tout autour du lac sur ses berges pentues le vert répand ses teintes changeantes au gré des passages de nuages.

 

Lagoa do Fogo (2)

 

Pico do Ferro (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pico de Ferro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Après avoir contemplé cette beauté de la nature, nous reprenons la route.

 

Nous décidons de faire un crochet à Povoçào un joli village de pêcheurs. C'est une route tortueuse que nous empruntons afin de descendre au centre du village.

 

Sur la promenade de la jetée, sont explosés la statue de Christophe Colomb, un canonnier.

 

Prés de la plage a été emménagée une piscine récente où s’ébattent les locaux.

 

En plein centre ville, la rue piétonnière est décorée d'arabesques en pavés.

 

Cette visite termine notre escapade journalière.

 

village Povoaçao (7)

 

village Povoaçao (5)

 

village Povoaçao (3)

 

village Povoaçao (2)

 

village Povoaçao (1)

 

village Povoaçao (9)

 

village Povoaçao (8)

 

Le 1.08.18,

 Après un parcourt en bus, vous voilà à la ville de Lagoa, village de pêcheurs près de Ponta Delaga.

Lagoa, fondée par les premiers colons de l'ile, est réputé pour ses artistes céramistes. La fabrique créé en 1862 continue de produire la vaisselle très colorée de Lagoa. Elle possède un espace où sont exposé des ustensiles anciennement utilisés dans la production de céramique, ainsi que d'une collection de pièces produites au cours des années.

La visite de ces ateliers est conviviale où l'on assiste à toutes les étapes de la fabrication. Lagoa possède également un joli petit port de pêche.

Aujourd'hui on cultive à Lagoa le tabac, la chicorée, la betterave, l’ananas, la banane et l'orange.

mouillage à Lagoa - St Miguel (2)

port de Lagoa (4)

port de Lagoa (3)

port de Lagoa (2)

port de Lagoa (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lagoa - Céramica Vieira (1)

 

céramique de Lagoa

 

Lagoa - Céramica Vieira (16)

 

 

Lagoa - Céramica Vieira (2)

 

Lagoa - Céramica Vieira (3)Lagoa - Céramica Vieira (5)

 

Lagoa - Céramica Vieira (6)

 

Lagoa - Céramica Vieira (7)

 

 

Lagoa - Céramica Vieira (10)

 

Lagoa - Céramica Vieira (12)

 

 

 

Lagoa - Céramica Vieira (17)

 

 

Lagoa (6)

 

Lagoa (1)

 Le 2.08.18,

 Voilà 14 jours que nous sommes bloqués à Ponta Delgada sur Sào Miguel. Ma dent est enfin soignée, nous sommes en attente d'une fenêtre météo qui se précise pour un départ samedi 4 août 2018.

Ce matin journée marché afin de faire le plein de frais.

 

marché Porta Delgada (2)

 

marché Porta Delgada (3)

 

marché Porta Delgada (5)

 

 Une traversée de 6 à 8 jours en espérant que la météo tienne ses prévisions.

 Pour le moment nous préparons Odysséa afin qu'il soit prêt à prendre le large. Suivant le vent notre destination sera soit Lisbonne, soit la direction de Gibraltar.

 

Je fais également mon empreinte de passage au port de Porta Deldaga afin d'avoir une bonne traversée.

 

C'est un rite auquel je me plie bien volontiers. Celui-ci a été fait sur une roche de la promenade en bordure du port afin que les badauds ne marchent pas dessus.

 

 

empreinte odysséa Sào Miguel (5)

empreinte odysséa Sào Miguel (1)