CIUTAD GUATEMALA – ANTIGUA – LAC ATITLAN -

PANAJACHEL – SOLOLA – HUEHUETENANGO – TODOS SANTOS

 

 

 

CIUDAD GUATEMALA

Le 20 octobre,

Départ le 20 octobre avec un bus très confortable, trajet de 7 h 15 pour aller à la capitale, Ciudad Guatemala.

Ciudad Guatemala est la plus grande ville d'Amérique centrale, encombrée et polluée à l'extrême comme toutes les villes d'Amérique centrale, elle s'étend sur un plateau à 1500 m d'altitude, entre deux chaînes montagneuses superbes.

Nous avons posés nos affaires dans notre chambre. Nous sommes ressortis pour aller voir l'animation sur la place de la Constitution (musiciens, artistes nombreux) et de nombreux stands d'habits traditionnels. Une belle fontaine se trouve au centre.

 

City Guatemala (6)

 

City Guatemala (58)

 

City Guatemala (57)

 

Pour la première fois nous assistons sur la place à un récital de « marimba » (instrument national qui est présent à toutes les fêtes indiennes et métisses. Il s'agit d'un xylophone dérivé du balafon africaine, qui fut introduit par les esclaves noirs, le marimba est constitué de lames en bois de rose ou en palissandre relié en un ensemble de résonateurs obturés. Il est joué par au moins 3 personnes simultanément). C'est un typique son qui sort de cet instrument fort agréable à l'oreille.

 

City Guatemala (11)

 

Sur la place de la Constitution, nous avons assisté à un petit récital avec un joueur de flûte indienne.

 

 

City Guatemala (8)

 

Sur cette même place se dresse la cathédrale avec deux grands clochers. Ce soir nous mangeons au restaurant chinois que nous a conseillé le fils de la propriétaire de la posada, repas très copieux et excellent

 

City Guatemala (5)

 

Le 21 octobre,

Visite guidé par le fils de la propriétaire. Nous parcourons toute la rue piétonnière où les animations sont nombreuses.

 

 

City Guatemala (13)

 

City Guatemala (21)City Guatemala (19)City Guatemala (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

City Guatemala (1)

 City Guatemala (2)

City Guatemala (38)

 

City Guatemala (25)

 

City Guatemala (39)

 

City Guatemala (16) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir remonté la rue piétonnière nous la redescendons, et 1/2 heure après nous nous sommes retrouvés devant la Map en relief du Guatemala, une véritable œuvre où l'on se rencontre que le Guatemala est un pays montagneux.

 

City Guatemala (33)

 

City Guatemala (31)

 

Sur le retour nous passons devant un bâtiment blanc auquel est attaché le Palais National de la culture.

 

City Guatemala (3)

Le 22 octobre,

Dernier petit tour sur la place de la Constitution. C'est dimanche et une animation débordante s'en suit. Une belle musique de « marimba » nous accueille.

 

City Guatemala (52)

 

City Guatemala (48)

 

City Guatemala (50)

 

City Guatemala (47)

 

City Guatemala (51)

 

City Guatemala (44)

 

Départ pour Antigua Guatemala. A pieds avec les sacs à dos, direction le terminal de bus de Litégua en passant par la rue piétonnière et sous la belle arche de l'ancienne poste.

 

City Guatemala (41)

 

Après 2 h de route nous arrivons au cœur de La Antigua, le mini bus nous dépose au Parque Central.

Antigua est perchée à 1500 m d'altitude, c'est la plus belle ville du pays. C'est le charme fou de ces ruines dû aux nombreux tremblements de terre. C'est un urbanisme en damier et la fantaisie labyrinthique des rues aux pavés mal ajustés, bordées de vénérables demeures coloniales aux patios fleuris et aux maisons basses.

C'est un site exceptionnel dominé par la masse majestueuse des volcans, le cône parfait de l'agua, du Fuego ou de l'Acatenango le plus haut des trois volcans qui culmine à 3976 m.

 

Antigua (1)

 

Antigua (2)

 

Antigua (4)

 

Antigua (6)

 

Antigua (43)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y faisons une pause dans le parc entourée d'arbres tropicaux (jacarandas, tulipiers ). A sont centre, la fontaine du XVIIIe siècle représentant des sirènes où des seins desquelles jaillit une eau limpide, symbole de fertilité.

 

Antigua (50)

 

Le parc est bordé d'élégants édifices coloniaux qui furent pendant plus de 200 ans, l'épicentre du pouvoir espagnol en Amérique central.

Nous partons avec nos sacs à dos à la recherche de notre hôtel, qui est un peu excentré (1,2 km ) de la place centrale.

 

Le 23 octobre, visite de la ville et de ses rues pavées (gros cailloux mal ajustés où nos chevilles ont été mal menées, surtout celles de Nicole).

Cette ancienne capitale est quadrillée par des rues en angles droits, les avenues ont une direction Nord Sud et les cales Est Ouest,  j'avais du mal à suivre l'orientation.

Les hôtels, les restaurants et les cafés pullulent, ils sont plus nombreux que les sites à visiter. Antigua possède de nombreuses églises dont la plupart ont été détruites par les tremblements de terre successifs.

Visite de Iglésia San Francisco, une des églises les mieux conservées de la ville puis Iglésia de la Merced remarquable façade au décor de stuc blanc sur fond jaune et d'une profusion exubérante de motifs, surtout des grappes de raisins.

 

Antigua (61)

 

Visite du musée Del Tejido (musée de tissage Guatémaltèque) (photos interdite) avec expositions de costumes traditionnel du pays par région. Des femmes y tissent en permanence.

Les femmes de San Antonio Aguascalientes mettent 7 mois pour fabriquer un « huipil » la blouse traditionnelle que les femmes portent. La toile de fond est d'abord tissée de manière artisanale (assis par terre), puis elle est richement brodée.

La visite se fait en espagnol. La Guide très sympathique a fait de gros efforts pour nous expliquer la provenance des divers costumes.

Pour finir la visite, nous décidons d'aller se balader dans le marché, assez peu fréquenté par les touristes ce qui nous enchante. Il est très étendu avec une profusion de petites allées dans lesquelles nous nous sommes égarés. Nous passons devant la gare des bus locaux, les fameux "chekins bus" aux motifs très colorés.

 

Antigua (15)

 

Antigua (19)

 

 

Une multitude de fruits (achat de grosses mures qui nous à mis les mains noires), légumes en abondance vendus directement par les paysans mayas qui proposent leur récolte du jour, des poulets, dindons, enfin un vrai marché local. Des mamas qui allaitent leurs marmailles et qui nous sourient quand on les regarde, c'est une population très joyeuse.

 

Antigua (36)

 

Antigua (23)

 

Antigua (22)

 

Antigua (11)

 

Antigua (7)

 

 

 

Antigua (26)Antigua (14)Antigua (34)

 

 

Le 24 octobre,

Nous partons de La Antigua vers Panajachel, en direction du Lac Atitlán. Là nous prenons un bus local aux couleurs très vives.

Ces bus locaux appelés « Chiken bus » par les gringos. Les chauffeurs pilotent ces bus comme si cela était des formules 1, ils roulent souvent comme des dingues avec leurs vieux bus peints aux couleurs vives et gaies (récupération de bus scolaire jaune des américains dont certain non pas encore était repeint). Ils affichent fièrement sur leur pare brise « FE EN DIOS Y ADELANTE » (foi en dieu et en avant).

Antigua (13)

A 7 h 00, le bus part pour la ville de Panajachel, 3 h 00 de trajet avec de nombreux arrêts. Nous partageons nos sièges avec un où une autre passagère durant le parcours. Nous sommes serré comme des sardines, des personnes dans l'allée centrale étaient debout également et été pressés les un contre les autres, d'où le nom de« Chiken bus ». Très cocasse et convivial ce transport (sur la banquette de 2 personnes nous étions 3 personnes et la 3 personne n'avait qu'une fesse assise sur la banquette (c'était très hippique et marrant, mais cela paraissait normal pour eux).

Arrivée à 10 h 00, l'hôtel se trouvant à 1 km du centre, nous prenons un tuk tuk, les sacs étant lourds sur nos épaules. Hôtel Del Sol est tenu par un japonais, accueil très souriant. L'établissement est d'une propreté exemplaire, chambre avec vue sur la montagne.

Après avoir déposé nos sacs, nous descendons voir la ville Panajachel.

Panajachel est la ville la plus importante du Lac Atitlán et la plus touristique. On la surnomme gentiment « Gringotenango ».

 

 Antigua (66)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lac Atitlan (114)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vue sur le lac est apaisante et les volcans qui l'entourent sont majestueux. Pour découvrir les villages du pourtour du lac, il faut absolument prendre le bateau.

 

Lac Atitlan (1)

 

Lac Atitlan (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lac Atitlan (4)

 

 

 

 

 

 

 

Lac Atitlan (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SANTIAGO ATITLÁN

Ce jour là, le soleil est au rendez vous et le paysage autour du le lac est fantastique avec l'image de ces 3 volcans qui se reflètent dans l'eau, dont le plus haut culmine 3 milles mètres (le volcan Atitlán).

 

Lac Atitlan (18)

 

Avec le couple de Français Aurélie et Pierre un couple très sympathiques, qui voyage en sac à dos, partis du Canada pour arriver à Ushuaïa (nous rencontrons beaucoup de jeunes qui font ce parcour), nous prenons un bateau « lancha » et nous voilà parti pour un tour du lac.

 

Lac Atitlan (20)

 

Santiago d'Atlitlán est situé au font d'une petite baie profonde qui la protège des sautes d'humeur du lac. D'un côté se dressent les volcans Tolimán et d'Atlitlán et de l'autre côté de la montagne dans un renfoncement du lac, le village San Pedro.

 

Lac Atitlan (23)

 

Nous partons arpenter la ville avec nos amis. C'est la capitale de royaume Tzutuhil à l'époque précolombienne, c'est un centre d'artisanat actif, où nous voyons les femmes portées leur huipile tissé à la main et orné d'oiseaux stylés et ses belles ceintures.

 

Lac Atitlan (29)

 

Lac Atitlan (35)

 

Lac Atitlan (36)

 

Lac Atitlan (37)

 

Lac Atitlan (38)

 

Un tour au marché où nous observons ce couvre-chef rouge ou orange que porte les femmes âgées. Il s'agit d'un « tocoyal », un bandeau tissé mesurant jusqu'à 4 m de long et qui est enroulé sur lui-même formant une galette. Très original ce couvre-chef !

 

Lac Atitlan (34)


Quand au costume des hommes, ils portent une chemise colorée et un pantalon ample à larges bandes blanches et bandes fines bleues ou pourpres, dans le bas des oiseaux et des fleurs sont brodés, le tout maintenu par une ceinture rouge, l'effet est très seyant.

 

Lac Atitlan (39)

 

Retour à la lancha pour le village de San Pedro Laguna.

 

Lac Atitlan (43)

SAN PEDRO LAGUNA

Au pied du volcan du même nom, le village est un peu en retrait de l'eau, les habitants sont de très grande gentillesse.

Il y a 7 ans tous les villages du lac ont vu l'eau montée de 7 m lors d'un tremblement de terre, ce qui a inondé pas mal de bâtisses en bordure du lac.

 

Lac Atitlan (41)

 

Lac Atitlan (45)

 

Lac Atitlan (46)

 

Lac Atitlan (47)

 

Nous escaladons la rue principale tout en haut du village pleine de couleurs et d'animation. Nous gouttons cette atmosphère encore authentique.

Sur les conseils d'un local, notre balade se poursuit vers le mirador où nous aurons un point de vue sur tout le lac. Nous l’atteignons en traversant des champs de caféiers en empruntant un chemin de muletier fréquenté par des cultivateurs voûtés portant des charges très lourde sur leur dos.

 

Lac Atitlan (52)

 

Lac Atitlan (53)

 

Lac Atitlan (59)

 

Lac Atitlan (57)

 

Lac Atitlan (50)


 

 

 

 

 

 

 

 

Nous regardons des grains de café qui commence à rougir, signe de leur prochaine maturation.

 

Lac Atitlan (51)

 

Arrivée au mirador, nous avons une vue sublime du lac, nous en avons plein les yeux, cela valait le coup même Nicole le reconnaît malgré le souffrance que lui a procuré.sa cheville.

 

Lac Atitlan (54)

 

Lac Atitlan (56)

 

Lac Atitlan (60)

 

Lac Atitlan (62)

 

Lac Atitlan (61)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 « Une petite anecdote, nous étions entrain de visiter le petit village de San Pedro Laguna lorsque une violente rafale de vent à décrocher et fait voler une tôle ondulée qui est venu s'écraser à nos pieds (vous imaginez la peur que l'on a eu!!!) ».

 

Pour finir la journée, nous reprenons une lancha afin de visiter le dernier village Santa Cruz de Laguna.

 Lac Atitlan (70)Lac Atitlan (73)

 

SANTA CRUZ LA LAGUNA

Santa Cruz est l'un des villages les plus typiques et peu de touristes. Il est situé en surplomb du lac, perché haut dans la montagne, depuis l'embarcadère il faut grimper dur pour y accéder. Ce village est très typique et peu de touristes.

 

 

Lac Atitlan (87)

 

Lac Atitlan (85)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ici c'est la couleur rubis qui domine. Les femmes portent des huipiles d'un rouge intense.

 Nous montons au village avec un tuk tuk, qui nous laisse au sommet sur la place du village. Trop fatiguant cette montée !.

 Nous déambulons parmi les ruelles étroites où l'on aperçoit dans la cour des maisons les femmes en train de tisser , agenouillées sur une natte.

Après avoir demander la permission de rentrer dans l'une de leur maison, nous admirerons une femme assise sur sa natte, entrain de manier son métier à tisser. Pour la prendre en photo il a fallu donner quelques quetzals (c'est le jeu!).

 

Lac Atitlan (80)

 

Regardant notre montre nous nous apercevons que c'est l'heure de la dernière lancha, elle part à 18 h 45, c'est le seul moyen de quitter le village. Une descente rapide s'en suivie . Ouf, la dernière lancha venait juste d'arriver !

Arrivée à Panajachel, nous rentrons tous les quatre à l'hôtel. Belle balade autour du lac. Journée très chouette !

 

Le 27 octobre,

SANTA CATARINA POLOPÓ

Lac Atitlan (90)

Nous empruntons 2 bicyclettes archaïques à l'hôtel et partons visiter deux autres villages au Nord-Est du lac.

Le petit village est Santa Catarina Polopo se trouve à flanc de coteau.

 

Lac Atitlan (91)

 

 Ce fut un parcours de 4 km très difficile, car il y avait plus de montées que de descentes. Les montées nous ont durcis les mollets et les cuisses, épuisant ces quelques kilomètres.

Mignon village, population indienne,célèbre pour ses textiles.

 

Lac Atitlan (98)

 

Lac Atitlan (92)

 

Lac Atitlan (97)

 

Lac Atitlan (99)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Santa Catarina a fait sa réputation grâce aux tisseuses Mayas qui confectionnent à l'aide de leur petit métier à tisser leur vêtement dont la couleur dominante est bleu turquoise et de fuschsia. Les « huipiles » (blouses des femmes) arborent des couleurs chatoyantes et portent un turban sur la tête.

 

Lac Atitlan (100)

 

Lac Atitlan (107)

 

Lac Atitlan (101)

 

Les hommes portent le pantalon traditionnel qui arrive au-dessous du genou, richement brodé dans les tons de rouge ou bleus et maintenu par une écharpe nouée à la ceinture. Quelques jolies maisons d'adobe (brique crue) à côté d'une petite église coloniale où le bleu domine.

Sur le parvis de l'église, nous assistons à une distribution de nourriture que les femmes s'empressent de ranger dans leur tissu.

 

Lac Atitlan (94)

 

Lac Atitlan (95)

 

La visite du village finie, nous laissons nos vélos cadenassés et prenons un pic up collectif pour rejoindre le dernier village de San Antonio de Palopó, distant de 6 km, village de fabrique de céramique.

 

SAN ANTONIO DE POLOPÓ

Village niché au fond d'une anse du lac et se dresse en terrasse sur le flanc de la colline.

Une seule rue traverse le village où nous dépose notre pic up.

 

Lac Atitlan (109)

 

Nous arpentons les recoins et les passages secrets. Une multitude d'escaliers, de ruelles étroites.

 

Lac Atitlan (110)

 

Sur le bord de la rive, nous rentrons admirer les céramiques de ce petit village.

 

Lac Atitlan (113)

 

Le retour se fait en pic up et arrêt au village suivant où nous reprenons nos vélos. Nous arrivons très vite à l'hôtel, les descentes ont été plus sympas que les montée pour l'aller.

 

Le 28 octobre,

SOLOLÁ

Ce matin nous prenons un « Chiken bus » pour le village de montagne de Sololá, qui se trouve à 2100 m d'altitude à28 km de Panajachel.

 

Solola (1)

 

Le bus nous dépose à la place centrale où un groupe de musiciens jouent. Les nuages se dissipent et la chaleur revient.

 

Solola (2)

 

Solola est l'une des plus importantes villes indiennes du pays, un marché imminence se tient, c'est un marché de gros et de détail. Nous nous dirigeons pour prendre le pouls de la ville.

 

Solola (3)

 

Solola (4)

 

Solola (25)

 

Au fond du marché, les voitures rentrent entre les stands pour y être chargé Les porteurs chargent de grosses quantités de fruits, de légumes, trottinent entre les stands. Les femmes sont vêtues en costume traditionnel ainsi que quelques hommes. En tenue Maya avec sur leur pantalon, leur jupe d'étoffe fixée autour de la taille, coiffés de leur chapeau. C'est un marché très vivant.

Nous sommes restés à les observer et à nous imprégner des odeurs et des sons si typiques du pays Maya.

Solola (6)

Solola (8)

Solola (10)

Solola (12)

Solola (13)

 

Solola (15)

 

Solola (18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solola (20)

 

 

 

 

 

Solola (22)

 

 

 

 

 

 

 

 

 Solola (23)

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjeuner devant le parc de Sololá avec une musique de marimba.

A 15 h 30, nous prenons le bus pour Panajachel. A peine arrivée à l'hôtel, une pluie diluvienne tombait sur le lac.

Nous prenons le thé avec un couple de Portugais qui voyage en camionnette aménagée, partis des USA et allant en Argentine. Couple très intéressant et sympathique, cette halte a été enrichissante.

 

Le dimanche 29 novembre,

CHICHICASTENANGO

 

Chichicastenango (1)

 

Nous prenons 3 chiken-bus pour aller voir le fameux marché indien de « Chihicastenango » dans le Quiché . C'est le dimanche où le marché est le plus important et le plus coloré du Guatemala nous dit on. C'est un marché qui s'étend dans la plus grande partie de la ville.

Le département du Quiché s'étend de Chichicastenango jusqu'à la frontière mexicaine, au nord. La région est habité par les Mayas Quichés, l'ethnie la plus importante de l'Altiplano. Le Quiché a souvent connu la tourmente, il est enclavé au milieux des montagnes.

 

Chichicastenango (41)

 

 

Chichicastenango (7)

 

Chichicastenango (8)

 

Le trajet durera 1 h 30, nous descendons d'un bus pour prendre un autre, cela 3 fois. Paysage magnifique à travers la vitre du bus.

 

montagne sur le parcours avec le car (7)

 

montagne sur le parcours avec le car (8)

 

Enfin le dernier bus nous dépose juste devant ce fameux marché gigantesque animé et bruyant. Nous sommes surpris par la quantité impressionnante de personnes qui circulent dans les allées et les rues en se croisant tel des fourmis à la que le-leu.

Nous déambulons dans des étroites rues pavées, où les stands se trouvent collés les uns à côté des autres.

 

Chichicastenango (9)

 

Chichicastenango (10)

 

Chichicastenango (26)

 

Chichicastenango (39)

 

 

Chichicastenango (22)

 

Chichicastenango (25)

 

Chichicastenango (3)

 

Chichicastenango (5)

 

 

Chichicastenango (40)

 

Chichicastenango (36)

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos arrivons devant l'église Santo Tomas avec sa blancheur immaculée au milieu des couleurs éclatantes des vêtements mayas.

Sur les marches de l'église le marché au fleurs, où de multiples fleurs sont disposés par les marchandes. Sur le pavie de l'église des femmes balancent des encensoirs qui enfume la place. Nous assistons à la fin de la messe, au rythme des marimbas, flûtes et tambours.

 

Chichicastenango (11)

 

Chichicastenango (12)

 

Chichicastenango (13)

 

Chichicastenango (14)

 

 

C'est très vivant, les gens nous regardent à peine.

Nous regardons devant une autre église un couple de Quichés qui brûlent du copal (résine de conifères) sur une dalle d'offrande. Nous rentrons dans cette l'église qui est un sanctuaire important pour les cultes mayas.

 

Chichicastenango (4)

 

Chichicastenango (46)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des stands de masques mayas en bois sculptés sont exposés, nous craquons pour 2 petits masques pour nos petits enfants Lana et Nathan .

Vers 12 h 00, dans une ruelle, nous tombons sur un petit resto où en devanture des poulet cuisent à la broche (chose difficile à trouver) avec des petites pommes de terre cuite dans le jus. Hum c'était délicieux, il y a longtemps que l'on en n' avait pas manger !

Chichicastenango (23)

Une musique de marimba avec chanteurs est joué dans une rue.

Chichicastenango (17)

 

Départ à 14 h 30 pour un retour avec les 3 cars différents. La journée a été bien remplie, nous rentrons à l'hôtel un peu fatigué.

Nous décidons de partir à la fête de la Toussaint au village Mam de Todos Santos Cuchumatan.

 

 

Le 30 octobre,

HUEHUETENANGO

 

Huehuetenango (1)

 

Nous prenons un chiken bus pour d'Huehuetenango qui se trouve à 50 km au nord ouest. Nous arrivons sans encombre grâce à leur affichage sur leur pare brise « FE EN DIOS Y ADELANTE ».

Cette ville de montagne se trouve à 1800 m, dans une cuvette, ce qui lui procure une pollution importante, et en plus une ville très bruyante. L'air y est irrespirable à cause du trafic. Nicole à du mal à respirer tellement il y a de gaz d''échappement, nous décidons de rester qu'une nuit. Nous prenons des renseignements pour trouver un bus et un hôtel à Todos Santos.

 

Huehuetenango (2)Huehuetenango (3)

 

Huehuetenango (5)Huehuetenango (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 31 octobre,

TODOS SANTOS

Après une courte nuit, (hôtel très bruyant), nous quittons sans regret Huéhué, comme ils le nomment. Nous partons à 8 h 30 avec le bus de ville. Il nous descend au terminal de bus afin de prendre un bus pour le village de Todos Santos.

Nous arrivons au village de Todos Santos , dans la Sierra de Los Cuchumatanes au bout de 2 h 00, où nous traversons des paysages de montagnes extraordinaires. Ce village est tout de même à 2400 m.

 

TODOS SANTOS (47)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En descendant du bus nous observons des hommes de Todos Santos avec leur tenue traditionnelle. Pour les hommes, la tenue est beaucoup plus colorée que celle des femmes, elle comprend une chemise rayée agrémentée d'un long col brodé, ainsi qu'un sur-pantalon de laine noire destiné à réchauffer les hanches et qui recouvre partiellement un pantalon rayé rouge et blanc. Tous les habitants arborent le même chapeau melon de paille beige.

Les femmes portent leurs huipiles à col à ornement radiés, broderies à dessins floraux et géométriques et à leur jupon à rayures bleues et broderies en bande horizontales, .et pour finir une ceinture brodée autour de la taille.

Nous partons à la recherche d'une chambre. Nous la trouvons rapidement, une superbe chambre sur la terrasse qui domine la montagne. Elle est très claire avec une salle de bain privative. Nous nous y installons et nous partons à la recherche d'amis de la marina Manglar qui doivent arriver aujourd'hui.

TODOS SANTOS (1)

Nous déambulons dans ce petit village où les préparatifs vont bon train.

Nous mangeons dans une cantina où nous retrouvons une brigade de policiers qui a pris son Q.G. dans ce resto.

De retour à la chambre, nous réclamons une autre couverture, car en soirée la température descend, il ne fait plus que 18 degrés à peine et nous avons perdu l’habitude de température aussi basse.

 

TODOS SANTOS (12)

Mercredi 1er novembre,

C'est la fête à Todos Santos, fête patronale avec courses de chevaux.

TODOS SANTOS (90)TODOS SANTOS (77)

 

TODOS SANTOS (71)

TODOS SANTOS (84)

TODOS SANTOS (80)

 

TODOS SANTOS (93)

TODOS SANTOS (96)TODOS SANTOS (85)

 

TODOS SANTOS (136)

TODOS SANTOS (134)

TODOS SANTOS (132)

La course est menée à un train d'enfer sur une route de sable. Les cavaliers avec leurs costumes qu'ils étrennent pour la première fois font des allées retours durant toute la journée. Ils s'arrêtent de temps en temps pour boire de la bière ou de l'aguardiente ( rhum local). Leur stabilité s'en ressent de ces haltes, les excès de la nuit précédente ne sont pas fait pour arranger les choses, et ils éprouvent toutes les peines du monde à se tenir sur leur selle. Certains s'endorment sur leur chevaux, il s’ensuive de nombreuses chutes Le vainqueur est celui qui parvient à rester le plus longtemps sur le dos de sa monture.

 

 

 

TODOS SANTOS (2)

 

TODOS SANTOS (3)

 

TODOS SANTOS (10)

 

 

TODOS SANTOS (9)

 

 

TODOS SANTOS (113)

 

TODOS SANTOS (114)

 

TODOS SANTOS (128)

 

TODOS SANTOS (131)

 

Pour les participants, la course est source d'un prestige social qui justifie les dépenses occasionnés, notamment par la location du cheval, ils ont économisé pendant 1 an afin de participer à cette course.

Nous avons retrouvés nos amis sous un beau soleil, nous partons regarder ces courses. Il y a un monde fou, nous pouvons à peine nous frayer un chemin.

Nous faisons la connaissance d'un couple avec qui nous lions amitiés. Elle nous montre le joli sac qu'elle vient d'acheter. Tout à coup, Nicole s’aperçoit que son sac a une belle estafilade. Un énorme trou, la montre a disparue !

Je mets la main à la poche et je m'aperçois que je n'ai plus mon portable. Je me remémore qu'une femme m'a bousculé.

Demi tour, je retrouve la femme qui nie me l'avoir pris, je vais chercher la police ; à mon retour, elle avait disparue.

Pour changer les idées, nous partons toute l'équipe manger au petit resto.

En fin d'après midi nous retournons voir les cavaleros. Nous nous faufilons au point d'arrivée, nous nous installons sur les rambardes de bois pour voir arriver les chevaux et leurs cavaliers.

Nous ne sommes pas déçus, les chevaux sont tellement fatigués qu'ils ruent, un cheval saute la barrière et s'y trouve à cheval où il essaye de se sortir, un autre se cabre, enfin c'est la pagaille ! Les chevaux sont très énervés et fatigués et ne veulent plus retourner à la course. Nous assistons à un carambolage entre 2 chevaux, les cavaleros éjectés de leur monture. D'autres guatémaltèques, les propriétaire des chevaux frappent les chevaux avec un fouet pour qu'ils repartent. Les cavaleros se maintiennent miraculeusement sur leur chevaux ! Voyant que cela dégénère, nous partons de cette course, qui devient très dangereuse.

 

TODOS SANTOS (121)

TODOS SANTOS (116)

TODOS SANTOS (125)

TODOS SANTOS (114)

TODOS SANTOS (106)

Le 2 novembre,

C'est la fête des morts, les villageois vont se recueillir au cimetière, accompagnés d'une marimba.

 

TODOS SANTOS (26)

 

Nous déambulons dans le cimetière, et regardons les villageois préparer leur manger sur la tombe de leurs ancêtres. De l'autre côté du cimetière, une musique de marimba nous parvient. Un peu gêné, nous sortons du cimetière et voyons d'autres marimbas, des villageois dansent au son de la musique. Ce 2 novembre est très festif pour eux, c'est leur coutume.

 

TODOS SANTOS (24)

 

TODOS SANTOS (33)

 

TODOS SANTOS (31)

 

TODOS SANTOS (29)

 

 

TODOS SANTOS (17)

 

TODOS SANTOS (20)

 

TODOS SANTOS (45)

 

TODOS SANTOS (37)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a foule dans ce village, avec le couple d'amis, nous partons faire une petite randonnée vers la montagne pour nous ressourcer. Le silence et l'air pur nous font le plus grand bien nous ne sommes plus habitués à cette cohue.

 

TODOS SANTOS (55)

TODOS SANTOS (51)

 

TODOS SANTOS (50)

 

Le 3 novembre,

Nous décidons de partir et de prendre le bus à 13 h 30 pour Huéhué. Nous arrivons à Huéhué à 16 h 00 et allons au terminal de la compagnie Lina Dorada prendre nos tickets de Bus.

Départ à 23 h 00 (5 h de bus). Petite nuit dans le car, nous arrivons à la capitale le 4.11 à 4 h 00 du matin.

Avec nos sac à dos nous nous dirigeons vers le terminal de la compagnie Litegua une rue plus loin. Les deux compagnie sont très proche.

Départ du bus pour Rio Dulce à 5 h 30, un trajet de 7 h 00 pour rejoindre Odysséa qui nous attend

Ce séjour à l'intérieur du Guatemala de 14 jours a été très enrichissant et diversifié par la population, les habits traditionnels, et les paysages grandioses.

 

Le 5 novembre,

La cheville de Nicole nous inquiète, elle a de plus en plus mal. Nous décidons d'aller à l’hôpital pour faire un radio.

Direction la ville de Moralés distante de 50 km . Pas de fracture, seulement une grosse tendinite, dû aux nombreux kilomètres que nous avons parcourus. Repos total avec pommade et cheville bandée.

 Du 20 novembre au 25 novembre,

Cela fait 7 jours que nous sommes au sec au chantier Nana Juana où nous faisons le carénage Odysséa qui a besoin de soins et d'un lifting.