carte Colombie (2)

 

 

BOGOTA

Du 5 au 9 juin 2017,

La boule au ventre, nous quittons Odysséa. Christian nous emmène à la marina, ce qui nous permet de laisser l'annexe bien cadenassée sur le portique.

Nous rejoignons l'aéroport en taxi (7000 pesos soit 2,35 €), pour un trajet de 3 km. Les taxis jaunes ne sont vraiment pas cher en Colombie !

C'est partis pour l'aventure, 2 heures après nous atterrissons à Bogota.

 

 

1 - BOGOTA (2)

Le choc thermique est terrible, de 38 degrés à Cartagena nous passons à 8 degrés à Bogotà, où nous arrivons en bermuda et tee shirt. Les polaires sont de mises, nous avons froid.

Le taxi que nous prenons à quelques difficultés à trouver l'adresse de l'hôtel où nous avons pris la chambre. Il faut dire que ce n'est pas évident de s'orienter dans Bogotà, nous en ferons les frais par la suite !

Nous sommes un peu déçu par la chambre, elle est petite et spartiate, par contre rien à dire sur la propreté.

Nous avons choisi cet hôtel,car il est bien placé et se trouve dans le quartier historique de La Candelaria, berceau de Bogota . C'est très pratique pour visiter la ville à pieds.

A 15 h 00, nous quittons l'hôtel, qui ressemble à une auberge de jeunesse, pour une première prise de contact avec la capitale Bogota.

 Bogotà est à une altitude de 2625 m, pour une superficie de 1587 km². Elle est une capitale à la fois empreinte d'une atmosphère urbaine sophistiquée et entourée de vertigineux pics andins.Son épicentre culturel est La Candelaria, un quartier historique aux rues pavées, où se trouve la plupart des édifices coloniaux préservés avec soin qui abritent musées, restaurants, hôtels et bars, cachés parmi des demeures, des églises et des couvents vieux de trois siècles.

Les sites incontournables de Bogota sont concentrés autour de la place Bolivar et juste à l'Est le superbe Cerro de Monserrate.

Bogotà fut implanté par Gonzalo Jiménez, de Quesada lors de son expédition en 1538,. Ils atteignirent ce haut plateau fertile peuplait d'autochtones précolombiens les plus avancés de l'époque : les Muiscas. Il y implanta une colonie ,elle n'était qu'une douzaine de cabanes et une chapelle.

La cité fut baptisée Santa Fé de Bogotà à la suite d'une messe. Les sites religieux du peuple Muiscas quand à eux furent détruits et remplacés par des églises. La ville fut renommée Bogotà en 1819 après le congrès de Cùcuta. Elle devint la capitale de la Gran Colombia en 1821, et au XIX siècle, elle comptait 30 000 habitants et 30 églises. A l'heure actuelle, il y aurait 7,4 millions d'habitants.

Notre visite de Bogotà commence par la place de Bolivar, où trône une statue en bronze de Simon Bolivar, coulée en 1846 par l'artiste italien Pietro Tenerani. Elle fût le premier monument public de la ville.

La place est bordée d'édifices de différents styles architecturaux, seule la Capilla del Sagrario date de l'époque espagnole.

BOgota (8)Bogota (86)

 

BOgota (50)

 

BOgota (56)Bogota (87)

 

 

BOgota (58)

BOgota (67)

Bogota (83)

BOgota place Bolivario (6)

Bogota -musiciens(3)

Bogota (91)

 

Bogota (79)

Bogota (80)

 

 

 

 

L'arène de tauromachie de Bogota

BOgota (57)arène de tauromachie Bogota (3)

arène de tauromachie Bogota (2)arène de tauromachie Bogota (5)

 

 

 

 

 

arène de tauromachie Bogota (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sites les plus populaires, se trouvent à quelques « cuadras »(pâtés de maison), à l'est de la place.

 

Le musée Botero,

 

Fernando Botero, né à Medellin en 1932 est le peintre et sculpteur Colombien le plus connu. Il organise sa première exposition à 19 ans à Bogotà. Il développe par la suite son style par des portraits et des sculptures caractérisés par les courbes plantureuses poussé au paroxysme. Aujourd'hui ses peintures sont exposés dans des musées par le monde, et ses sculptures ornent les parcs et les avenues de métropole, Madrid, Paris, Lisbonne, Florence et New York.

 

Un très beau musée, il est le fleuron du gigantesque complexe muséal du Banco de la Républica, il comporte plusieurs salles sur deux étages. La collection comprend d'autres tableaux de divers peintres de renommés mondial.

Bogota -musée Botero (1)

Bogota -musée Botero (3)

Bogota -musée Botero (5)

Bogota -peinture de Botero

Bogota (20)

 

Bogota (19)

 

Le musée Historico Policia,

Un musée impressionnant, situé dans l'ancien quartier général de la police de Bogotà, bel édifice construit en 1923. Visite guidée par un agent de police, il est entièrement gratuite.

La partie consacrée au Baron de la drogue, Pablo Escobar, mort en 1993, tué par balles sur le toit de sa maison, est très passionnante.

On y découvre sa Harley Davidson saisie (5 modèles dans le monde), et son pistolet de poche Bernadelli « surnommé sa seconde femme ».

 

musée police Bogota -P E (1)

 

musée police -moto Pablo escobar (1)

 

 

musée police Bogota (16)

musée police Bogota (15)

musée police Bogota (14)

musée police Bogota (8)

 

musée police-carabine en forme de guitare

musée police Bogota (3)

Musée Del Oro

Le musée est l'un des plus captivant de l'Amérique Latine, en plus d'être le plus célèbre de Bogotà. Quelques 55 000 objets en or y sont conservés et d'autres artefacts de toutes les grandes cultures pré-hispaniques de Colombie.

 

musée l'or Bogota (1)

musée l'or Bogota (37)

musée de l'or Bogota - lambi

 

musée l'or Bogota (4)

musée de l'or - Bogota- pepite

musée l'or Bogota (13)

Bogota -indien avec parure en or

musée l'or Bogota (24)

BOgota (17)

Lamas devant le musée delOro

Iglésia de San Francisco,

Construite entre 1557 et 1621, elle est la plus ancienne église de Bogota.

 Le musée National,

Il est emménagé dans El Panoptico, un immense bâtiment en forme de croix grecque, qui fût conçu par l'architecte anglais Thomas Reed en 1874, pour servir de prison.

Dans ces salles, qui sont d'anciennes cellules, aux portes de barreaux de fer et aux murs blancs, nous y découvrons le passé de la Colombie.

 

BOgota -musée National -ancienne prison(60)

BOgota -musée National -ancienne prison(66)

BOgota -musée National -ancienne prison(63)

BOgota -musée National -ancienne prison(64)BOgota -musée National -ancienne prison(65)

 

Graffitis dans les rues de Bogotà,

Lors de nos ballades dans les rues de La Candelaria et de Bogotà en général, nous avons découvert d’innombrables graffitis qui sont des œuvres d'art urbain, aux couleurs chatoyantes.

Pour se reposer, nous avons profité des nombreux parcs de la ville,.au cours de nos journées de visites.

 

1 - grafitti mur de Bogota (1)

1 - grafitti mur de Bogota (2)

1 - grafitti mur de Bogota (3)

1 - grafitti mur de Bogota (5)

1 - grafitti mur de Bogota (6)

 

 

 

Bogota exposition tablleaux (1)

 

Bogota -tableau indien

 

Le Cerro de Monserrate,.

Fier symbole de Bogotà, le pic de Monserrate (3150 m) est coiffé d'une église blanche. Il est visible surtout dans la Sabana de Bogotà (savane appelée « la vallée »).

Le sommet nous offre un incroyable point de vue sur les 1700 km² de la capitale. De nombreux pèlerins font l'ascension des 1500 marches dans une montée escarpée (nous nous avons préféré le funiculaire), pour se recueillir sur la statue, Senor Caido ( Christ tombé )au niveau de l'autel, datant de 1650., on lui attribue de nombreux miracles.

BOgota (30)BOgota (45)

 

 

 

BOgota (35)

 

BOgota (46)

 

BOgota (39)

 

 

BOgota (43)

Petit visite au majestueux Palacio Nacional, cet édifice de 1925, dans le centre, a été transformé en centre commercial de plus de 200 boutiques. C'est vraiment dommage !

 

Bogota (75)

 

Bogota (78)

 

Un petit tour dans l'effervescent Emerald Trade de Bogotà, où nous admirons les plus belles émeraudes de la planète qui sont mises à jour dans les secteurs de Muzo ou Chivor en Colombie.

 Le repos dans notre modeste chambre était malgré tout bien mérité.

 

 SANTIAGO DE CALI,

 

1 - Cali - Grafittis rural (1)

 

Du 9 au 12 juin 2017,

Nous nous rendons en taxi au terminal autobus prendre nos billets pour la ville de CALI où nous avons retenus 3 jours.

Nous prenons le bus Bolivariano International à 9 h 30 pour une durée de voyage de 10 h 00 de bus.

 

Bus Bolivarianio (2)

 

Bus Bolivarianio (3)

 

A notre grand malheur, nous avons été bloqué à 2 reprises. La première fois avant le tunnel, un accident de moto contre voiture, et la deuxième fois dans un virage, 2 bus qui se sont télescopés, de gros dégâts ! Bilan, 3 heures de retard.

C'est avec un peu d’appréhension que nous arrivons à notre hôtel à 23 h 00. Pas de panique, les gars de l'hôtel nous accueille fort aimablement, c'est super !

 Santiago de Cali de son nom, est une ville de 2,5 millions d'habitants, une altitude de 969 m. Cali est la capitale de la Salsa, tout le monde bouge sur le même rythme, celui de la salsa. La musique est l'élément fédérateur de sa richesse afro-colombienne. Cette singularité culturelle fait la fierté des Caleńos très fiers et connus pour leur caractère bien trempé.

Ce matin, l'hôtel nous propose de visiter la ville avec un guide. Nous voilà partis.

Notre guide nous fait découvrir tous les éléments importants de la ville.

Iglesia de la Merced,

Humble édifice chaulé, début de la construction 1545, elle est la plus ancienne église de Cali.

 

Cali (8)

 

Cali (9)

 

 

 

 

 

 

Le musée de la Salsa,

Pour y accéder, nous traversons le Rio Cali.

Ce musée récent est régi par la fille du chanteur-compositeur Tito Gomez (décédé) du groupe NICHE, qui a voulu que la mémoire de son père reste dans l'histoire de la salsa.

 

Cali - salsa

 

Cali salsa

 

Cali - musée Salsa (1)

 

 

 

Cali - musée Salsa (3)

 

 

Cali - musée Salsa (2)

 

Une colombienne nous explique les origines de la salsa, avec des différents groupes qui ont envoûtés et fait dansés des milliers de danseurs.

Il met en valeur surtout un groupe, le Groupe Niche, trois musiciens et un chanteur-compositeur, très populaire et très intéressant.

La visite se termine avec une remise d'un CD du groupe Niche.

En sortant du musée de la salsa, sur la place, un élément aux formes de 4 instruments de musique en bronze, est exposé en l'honneur du groupe Niche.

Il évoque le N, le I, le C, le H, le E. En se mettant dessous, ces 4 coupoles en forme d'entonnoir dissèque l'un des morceaux de musique du groupe.

Le premier l'instrumentation, le deuxième les cuivres, le troisième le chant et le quatrième l'ensemble du morceau.

 

Cali - musée Salsa (4)

 

Charmé par cette musique, nous avons retraversé la rivière Cali, pour arrivée sur une petite place où des statues de couleur verte de plusieurs artistes, écrivain, artiste, poète, sont exposés.

 

Cali (52)

 

Cali (6)

 

Cali (7)

 

Cali (20)

 

Cali (44)

 

 

Cali -artiste

 

L'église Ermita, qui surplombe le Rio Cali, de style néogothique, toute fine ciselée, dont la blancheur attire le regard et tranche dans la ville, referme El Senor de la Caǹa (le seigneur de la canne à sucre).

 

Cali (43)

 

Le musée del Oro,

Rien à voir avec le musée del Oro de Bogota, mais l'on y a vu quelques pièces inintéressantes.

 

Cali (16)

 

Nous rentrons Nicole et moi, vers notre hôtel en musardant dans les rues où toujours en Colombie, des graffitis artistiques ornent les murs.

 

Cali - Grafittis rural (2)

Cali - grafitti mural

Cali - Grafittis rural (4)

Cali (21)

Cali (23)

 

Cali (26)

 

Le lendemain nous partons pour la ville de Popayȁn, petite ville connue pour ces façades chaulées.

La Ciudad Blanca, « la ville blanche », cité coloniale dont la beauté n'a de rivale que Cartaghène. Elle fut durant des siècles la capitale du Sud de la Colombie jusqu'à ce que Cali la détrône.

 

 

 

Papayan (2)

 

Papayan (3)

 

Papayan (19)

 

Papayan (28)

 

 

Papayan (30)

 

Papayan (42)

 

Papayan- indiens

 

 

Popayȁn est la cité forte de plusieurs universités, elle tire sa vitalité d'une importante population étudiante.

 

L'église de San Francisco est la plus grande et la plus belle de Popayȁn.

Papayan (24)

 

Le deuxième monument de Popayȁn est son pont « El Punto del Humilladero ». Le pont en brique a 11 arches, long de 240 mètres construit au milieu du 19e siècle pour améliorer l’accès au faubourg défavorisé du Nord.

 

Papayan (9)

 

Papayan (12)

 

Papayan (16)

 

Son voisin, « El Punte de la Custodia », fut bâti en 1713, pour permettre aux prêtres de franchir, autrement qu'à gué, le Rio Molino afin de se rendre aux chevets des malades.

 

Papayan (14)

 

Nous avons loupé le point de vue depuis le Capilla, de Belin et du Moro del Tueau pour cause d'orage, la statue équestre fondateur de la ville domine la cité.

Photo avec la police touristique.

 

Papayan (7)

 

A 15 h 30, nous reprenons le bus qui nous ramène à Cali.

La veille de quitter Cali, nous nous sommes baladés librement dans la ville.

Le soir venu à 22 h 00, suivant les recommandations de l'hôtel, nous avons empruntés des ruelles bordées de restaurant.

Je ne vous dis pas notre surprise  de voir des personnages aux mines patibulaires armés de tomfas et de matraques qui gardaient les voitures de ceux qui mangeaient au restaurant. Nous avons passé la soirée dans un club de salsa ou nous avons admirer la dextérité des danseurs.

Voyage en bus Bolivariano International Cali/Medelline, 10 h 00 de bus de nuit. Départ 21 h 30, arrivée 7 h 00 du matin.

 

MEDELLIN

Du 13 au 19 juin 2017,

Medellin ville mythique, 3 millions d'habitants, altitude 1494 m deuxième ville de Colombie, devient la capitale d'Antoquia en 1826,

Elle fut fondée dans la vallée d'Aburra, en 1621, et les premiers colons furent des juifs espagnols qui fuyaient les persécutions.

Medellin est située dans une étroite vallée, les grattes ciel composent sa silhouette de ville moderne. Seule ville colombienne possédant des lignes de métro (métro payait par Pablo Escobar, le fameux baron de la drogue qui fut maire de la ville).

Le surnom de Medellin «Cité de l'éternel printemps », la température y est constante 20 degrés centigrade. Se trouvant au centre d'une vallée encaissée où la pollution atmosphérique produite par les gaz échappements se fait ressentir (Nicole en a fait les frais).

En arrière plan, des sommets dentelés se dressent de toute part. Sur les flans de la vallée, des bidonvilles occupent les hauteurs (les favélas).

Dans les années 1980, sous la férule sanglante de Pablo Escobar Graviaria, Medellin est devenu la capitale mondiale du commerce de la cocaïne et le taux d'homicides était parmi le plus élevé du monde. A la mort d'Escobar en 1993, a engendré le déclin de la violence.

Medellin est devenue une des villes sécurisée. La police est omniprésente, ayant un œil attentif sur les touristes.

Nous n'avons eu aucune appréhension d'insécurité. Les Medellins sont très avenants, serviables et font de très gros effort pour nous comprendre.

Nous avons loué une chambre chez l'habitant dans le quartier Barrio Conquistadores chez Bertilda, une veuve de 68 ans portée sur la religion chrétienne mais serviable et de bons conseils pour notre séjour.

A 8 h 00, nous déposons nos sacs à dos et allons faire un tour dans le centre de Medellin  »la Candélaria », le centre historique de la ville.

 Après une marche de 3 km sous un soleil, nous nous sommes vite retrouvés, après avoir fait quelques rues commerçantes sur la place Botero, la Plazoleta de las Esculturas.

 

 

Medellin (15)

 

Medellin (14)

 

 

 

 

Medellin (5)

 

Medellin (6)

 

Medellin (30)

 

 

La Plazoleta de las Esculturas

 

Cette vaste place s'étend devant le musée de Antoquia où 23 grandes sculptures en bronze de Fernand Botero, font le décor de la place.

 

Également, des sculptures de Botero, dans le parc Berrio (La Gorda) et le parc San Antonio (normal c'est l'enfant du pays!).

Le repas du midi est pris dans un resto populaire à côté de la place Botero, où l'on sert « la bandeja paisa » (plateau paisa). Ce plat est réputée dans toute la Colombie et à ses origines chez les paysans pauvres, à qui ce repas apportait l'énergie nécessaire au travail dans le climat froid des montagnes.

Une « bandeja paisa » digne de ce nom comporte, une soupe en entrée, puis du riz, des haricots rouges, de la viande, de l'avocat, de la salade, de la banane plantain, un arepas (pain de maïs), le tout doit tenir dans une assiette de forme ovale, pour une modique somme de 10 000 pesos (3 euros).

En Colombie les restos populaires ne sont pas chers du tout, ils sont délicieux et les fruits sont abondants et goûteux.

L’après midi, le ventre lourd, nous déambulons dans la ville, rue piétonnière populaire, très colorée , très animée, avec ses marchants ambulants.

 

Medellin (8)

 

ville Medellin (1)

 

ville Medellin (2)

 

BOgota -musiciens dans la rue(74)

 

Tout au long de la rue, les petits marchants vendent des coupes de fruits, du jus de fruit, des glaces, du café, des objets artisanats, des montagnes de couvertures, de la maroquinerie, des bonbons à l'unité etc ... En Colombie, tous ces petits commerces font vivre beaucoup de colombiens.

Cathédrale Metropolitana

Medellin (31)

Elle domine le parque Bolivar, la Cathédrale Metropolitana, de style néoromane fut achevée en 1931. Des vitraux espagnols ornent son intérieur.

Repos au parque Bolivar où un bassin aux jets d'eau nous rafraîchis l'atmosphère chaude de Medellin.

Retour par le seul métro de colombie, qui nous dépose à 2 km de la poussada. La journée a été riche mais nos jambes sont bien lourdes !

Le lendemain, suite de notre visite par la visite du parc Cerro Nutibara, le Pueblito Paisa est une version miniature et kitsch d'un village typique d'Antoquia. C'est une colline surplombant toute la ville, la vue est formidable.

 

Medellin (20)

 

Une information touristique est tenue par 2 colombiennes fort aimables, dont une parle le français. Nous en profitons pour glander le plus de renseignements possible.

Nous prenons notre repas sur ce site, dans l'un des petits restaurants qui surplombe Medellin.

 

Medellin (17)

 

La descente de la colline vers la ville fait souffrir Nicole, son genoux fatigue et il est devenu douloureux, faut dire que nous marchons beaucoup !

Lors de notre ballade nous passons devant l'hôpital général de Medellin où un immense et beau graffiti sur la vie de l'hôpital, nous interpelle.

 

Medellin - grafiti mur hôpital (3)

 

hôpital de Medellin (2)

 

Le jour suivant, nous prenons le métro pour nous rendre à Santo Domingo Savio au Nord Est de Medellin. Pour y arriver, nous laissons le métro et prenons le métro câble, qui nous fait passer au dessus des favélas. Nous n'osons pas quitter la station, car l'office de tourisme nous avait mis en garde des risques encourus dans ces ruelles à flan de colline.

Nous faisons demi tour en empruntant les mêmes moyens de transports.

Arrêt à la station San Antonio, pour le Centre Artisanal Mi Viejo Pueblo. Ce marché artisanal vise la clientèle touristique, il fait penser aux souks des pays africains, vaste choix de souvenirs, artisanat indien.

Medellin (33)Medellin (32)

 

Nous prolongeons notre séjour de 2 nuits supplémentaires, pour faire 2 excursions dans les alentours de Medellin.

 

Visite de la ville de Guatapé,

Guatapé (1)

Départ très tôt pour la gare du nord en métro, puis en bus, pour 2 h 00 de route.

Guatapé, 4230 habitants, 1925 m d'altitude, se trouve sur les rives de l'Embalse Guatapé, un grand lac artificiel, ville de villégiature agréable de Medellin.

Guatapé (21)

Guatapé (27)

Guatapé (34)Guatapé (29)

Guatapé (32)

Guatapé (33)

Elle est connue pour les décorations de ses maisons traditionnelles, semblables à ses fresques. Des bas-reliefs aux couleurs vives représentant des êtres humains, des animaux et des formes recouvrent la partie inférieure de nombreuses maisons.

Guatapé (17)Guatapé (3)Guatapé (9)

Guatapé (2)

 

 

Guatapé (6)

Guatapé (10)

Guatapé (16)Guatapé (12)Guatapé (19)

Guatapé (14)

 

 

Guatapé (22)

Guatapé (18)

 

Guatapé (39)

Guatapé (36)

Guatapé (38)

 

Guatapé (40)

Pas de chance aujourd'hui, après un ciel maussade, la pluie dans l'aprés midi nous a gâchée notre journée. A 15 h 00, nous reprenons le bus pour Medellin.

 

Visite de la ville de Santa Fé de Antoquia,

Départ à 7 h 00, idem que le trajet de Guatapé, bus 2 h 00 de trajet dans les montagnes où la vue est magnifique.

Santa Fé de Antoquia, 23 600 habitants, 550 m d'altitude. Cette ville fût par le passé la capitale d'Antoquia. C'est une ville coloniale assoupie avec une implantation espagnole la plus ancienne de la région ;

Son centre colonial a été épargné par les démolitions et a aujourd'hui quasiment le même aspect qu'au XIX siècle. Rues étroites, bordées de maisons blanchies à la chaux, avec un seul étage, pour la plus part une splendide cour centrale, porte et fenêtre en bois sculptés, éléments typiques d'Antoquia.

Santa Fé de Antoquia (2)

Santa Fé de Antoquia (3)

Santa Fé de Antoquia (7)

Santa Fé de Antoquia (10)

Santa Fé de Antoquia (13)

Santa Fé de Antoquia (9)

Santa Fé de Antoquia (15)

Santa Fé de Antoquia (22)

Santa Fé de Antoquia (40)Santa Fé de Antoquia (43)

Des tamarins provenant de la vallée environnante, les habitants fabriquent une confiserie aigre-douce qui est curieux de déguster.

Un petit tour au musée Juan de Corral, consacré à l'histoire de la région ; et admirer la demeure coloniale parfaitement conservée.

Santa Fé de Antoquia

Santa Fé de Antoquia (37)

Belle église de Santa Barbara, construite par les jésuites au milieu du XVIII siècle, avec sa façade baroque.

Santa Fé de Antoquia (29)

Pour nos 46ième année de mariage, nous avons choisi de les fêter dans un restaurant colombien, le restaurant Portōn del parque à Santa Fé de Antoquia. Dans une élégante demeure coloniale avec hauts plafonds et cour fleurie, dont les murs sont tapissés d’œuvres d'art, nous avons mangé une cuisine traditionnelle excellente.

Santa Fé de Antoquia (14)

Repas 46 année mariage à Santa Fé de Antoquia (4)

Petit tour au marché et à l'intérieur de la ville.

 

Santa Fé de Antoquia (1)

Notre séjour se termine, départ pour Cartagena. Il est temps de rentrer et retrouver Odysséa.

 Quelques photos de paysages de l'intérieur de la Colombie.

Medellin - montagne vers Santa Fé de Antoquia (4)

Medellin - montagne vers Santa Fé de Antoquia (2)

Medellin - montagne vers Santa Fé de Antoquia (3)

Medellin - montagne vers Santa Fé de Antoquia (16)

Le 18 juin 17,

Après avoir fait nos adieux à Berthilda, nous prenons le bus au terminal nord de Medellin à 18 h 30, bus de nuit de la compagnie Brazilia. Bus confortable mais route mal entretenue, beaucoup de nids de poule qui nous ont secoués durant tout le trajet. Nuit exécrable, 13 h 00 de route avec un seul chauffeur qui s'arrête toutes les 2 heures.

Nous avons regretté la compagnie Bolivariano dont 2 chauffeurs avaient assurés et juste 1 arrêt après 5 heures de route de Cali/Medellin.

Enfin, nous arrivons à Catagena à 7 h 00 du matin le 19.06, , une chaleur étouffante nous accueille à notre arrivée au bateau.

Nous prévoyons une semaine pour préparer Odysséa, pour la suite de notre voyage vers les San Blas, Iles de Panama.

Nous sommes contents de quitter ce mouillage après 3 semaines, où le bateau se salit à une vitesse grand V, avec sur la coques une multitude de coquillages (le carénage est de rigueur), et où la moindre petite embarcation nous frôlant et navigant à 15 nœuds, nous met une sono à défoncer les tympans.