Le 1er janvier 2017,

Repos sur Odysséa, nous nous remettons du réveillon.Journée tranquille sous un soleil de 1er de l'An avec un premier bain. Et pour clôturer la journée, feu d'artifice sur la baie de Marigot, hé oui ! Encore un. Cette fois ci, c'est la marina de Fort Louis qui nous régale les yeux.

Nous sommes aux premières loges, cela pète, des lumières de toutes les couleurs arrivent juste au dessus de notre bateau. La baie est illuminée de toute part.

A la fin du spectacle, nous récoltons les morceaux de carton du feux d'artifice sur le pont d'Odysséa.

 Du 2 janvier au 7 janvier,

La semaine a vite passée. Nous prenons l'annexe et allons faire un tour dans le lagon.

Notre moteur hors-bord fait des siennes. Panne au beau milieu du chenal du pont levant de Marigot. Une deuxième fois au milieu du lagon Simpson Bay. Je m'aperçois qu'il y a une fuite au raccord de la nourrice d'essence.

Nous la posons dans un coin de la baie, proche de la frontière Français/Hollandaise. Nous nous dirigeons vers le Boundary Monument, où nous faisons quelques photos. Il n'y a pas de frontière, simplement les drapeaux des deux pays et un obélisque  !

Frontière ST Martin

Nous allons à terre chercher un raccord de nourrisse pour nous dépanner de notre fuite d'essence.

Nous continuons notre chemin, qui nous amène au club nautique de Snoopy Island, côté Hollandais.

Nos traversons Swing Brige et nous nous baladons dans Simpson Bay. C'est une rue remplie de magasins, peu intéressant.

Saint Martin - intérieur du lagon (14)Saint Martin - dans le canal vers Sandy Ground (11)

 Saint Martin - intérieur du lagon (16)

 

 

 

 

 

Saint Martin- canal pour Sandy Ground (12)

 

 

Sint Maarten - Simpson bay (25) Sint Maarten - Simpson bay (26)

 

Nous repartons en sens inverse, et longeons des marinas très huppées avec d'énormes et rutilants yachts. Des annexes de gros bateaux nous passent trop près et nous font de grosses vagues qui nous mouillent, douche assurée ! Pas sympa les gars !

Sint Maarten - intérieur du lagon (23)

Ce matin du 6 janvier, je me mets en colère, et je descends nettoyé la coque d'Odysséa. Cela fait 1 mois sans entretien, j'ai un gros travail à faire. Je m'y prends en 3 fois 2 heures, le tout en apnée pour entretenir le souffle et mes poumons. Je frotte la coque, des nuages s'envolent et une multitude de poissons sont tout autour de moi, il faut que je les écarte pour travailler, ils viennent manger les petits coquillages que j'éclate et les crevette minuscules cacher dans les algues que je décolle.

 Du 8 au 9 janvier,

Après des au-revoir à nos amis Sylvie et Laurent, nous quittons Saint Martin, la baie de Marigot pour l’Île de Tintamarre.

En route nous essuyons une grosse averse qui lave Odysséa, visibilité nul.

L’Île Tintamarre, est une île inhabitée à 1,5 milles dans le Nord-Est de Saint Martin. Un mouillage dans la crique du Sud-Ouest, très fréquenté surtout ce dimanche. Nous mouillons sur ancre et attendons que les bateaux à moteur et les catamarans s'en aillent. Vers 16 h 00, heure où les bateaux partent, nous nous choisissons une bouée. Nous avons une vue splendide sur cette très belle plage qui borde le mouillage.

ile de Tintamarre (2)

 

ile de Tintamarre (6)

 

ile de Tintamarre (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous apercevons des tortues qui viennent respirer à la surface. L'appareil de photo n'est jamais prêt pour les surprendre. Quelques raies se cachent dans le sable ou sur les les herbiers.

Le lendemain, nous prenons l'annexe et partons marcher sur cette plage. Nous explorons l'intérieur de l’île pour nous dégourdir les jambes, mais il n'y a peu de chose à voir et redescendons vers cette eau claire qui nous attire.

ile de Tintamarre (4)ile de Tintamarre (8)ile de Tintamarre (19)

ile de Tintamarre (9)ile de Tintamarre (11)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 11 h 00, nous quittons l’île Tintamarre pour l’île Saint Barthélemy. Petite navigation de 15 milles. La voile est mise à 2 ries et génois 5 tours.

A 15 h 00, la pioche est posée à Gustavia, port de Saint Barthélemy. Descente à terre faire notre arrivée et sortie, pour 2 jours.

Le 10 janvier,

Balade à l'intérieur de l’île. Nous partons à pieds jusqu'à la baie de Saint Jean, cela monte et nous souffrons un peu sous ce soleil torride.

Saint Barrthélemy (2)

Saint Barrthélemy (9)Saint Barrthélemy (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à mis chemin, nous sommes pris en voiture par un jeune homme à qui nous demandions notre route il nous amène en voiture faire le tour de l’île durant sa pose de travail entre 12 h 00 et 14 h 00.

Ce petit tour nous a donné un aperçu de l'intérieur de l’île et les villages de Petite Saline, Grand Fond, Toiny, Grand Cul de Sac, Marigot, Lorient, pour revenir à Saint Jean où se trouve l'aéroport. Un grand merci à cet habitant de Saint Barth.

Saint Barrthélemy (4)

 

Saint Barrthélemy (8)

Un pic-nique à Saint Jean et nous retournons à pieds à Gustavia.

De retour au voilier, nous levons l'ancre pour se rendre à l'anse Colombier pour passer une bonne nuit.

 Le 11 janvier,

A 9 h 00, nous quittons l'Anse Colombier pour l’île Saint Kitts, distant de 46 milles nautiques que nous parcourons à 5 nœuds de moyenne et posons l'ancre à 18 h 30 à la nuit tombante devant South Frigate.

Sa baie est la plus touristique de l’île avec bordant le rivage plusieurs complexes, activités nautiques, restaurants …. Le mouillage est tranquille avec une bonne tenue pour l'ancre, par contre il est venteux.

 Le 12 janvier,

Après avoir laisser l’annexe au ponton du restaurant, nous partons à la ville de Basseterre, la capitale de l'île de St Kitts. Nous arrêtons un taxico qui nous dépose en plein centre ville. Indépendance Square au centre de la ville est un lieu bien ombragé, en son milieux trône une fontaine sans eau. Face au square se dresse la The Co-Cathédrale catholique (L'Imculate Conception), avec ses deux tours. Non loin se trouve l'église anglicane (Saint George Church) reconstruite au XIX ième siècle avec une tour brune et massive. Sur le port cinq paquebots de croisière déversent leurs passagers dont la plus part sont américains. Nous les trouvons surtout sur le front de mer où se localisent de luxueux magasins regroupés dans de grandes galeries marchandes spéciales touristes, tous les prix sont en dollars US. Des animations folkloriques sont organisées dans les allées.

Ile St-Kitts (21)

 Ile St-Kitts (22)

 

Ile St-Kitts (28)

 

Ile St-Kitts (29)Ile St-Kitts (30)

 Ile St-Kitts (32)

Ile St-Kitts (31)

 

 

 

 

 

 

Ile St-Kitts (35)

 

Ile St-Kitts (36)

 

Ile St-Kitts (34)

 

 

Ile St-Kitts (39)

 Ile St-Kitts (42)Ile St-Kitts (40)

 

Ile St-Kitts (44)Ile St-Kitts (46)

 

Ile St-Kitts (45)

 

 

 

 

Ile St-Kitts (47)

 

Ile St-Kitts (52)Ile St-Kitts (55)Ile St-Kitts (53)

 

Ile St-Kitts (62)

 

Ile St-Kitts (63)

 Basseterre est bien organisée pour exploitée les touristes, cela me rappelle l'organisation de Euro-disney en plus petit. Malgré cela St Kitts est une escale très agréable

A 14 h 30 nous quittons l’île de St Kitts pour l’île de Nevis, 9 milles nautiques à parcourir. Après avoir fait un tour devant la capitale Charlestown, nous remontons vers le Nord et prenons une bouée entre Pinney's Beach et Gallows Bay, où nous passons une nuit à rouler bord sur bord avec du vent assez fort de nord est. Nous regrettons le mouillage de St Kitts.

 Du 13 au 16 janvier,

Après cette mauvaise nuit, nous levons l'ancre, et quittons l’île de Nevis à 4 h 30, pour une distance de 71 milles nautiques, avec un vent de Nord Est, 18 à 20 nœuds avec mer forte.

Notre route nous a fait passer sous le vent de l’île Montserrat avec son volcan en éruption. Nous avons pu constater à la jumelle les dégâts faites par les coulées pyroclastiques qui ont ensevelies la Capitale Plymouth et les communes alentours jusqu'à l'aéroport.

volcan Montserrat en éruption (72)

 

volcan Montserrat en éruption (69)

La traversée s'est faite rapide en 10 h 15 de temps, à une moyenne de 6,8 nœuds avec des pointes à 9 nœuds.

Nous plantons la pioche en Guadeloupe dans la baie de Deshaies à 14 h 45, bien content de retrouver ce havre de paix.

A peine arrivée, Guy du voilier 3 Océans vient nous souhaiter la bienvenue. Guy Cordier revient d'un tour du monde durant lequel il a connu Mira sa compagne Polonaise.

Un couple bien sympathique que nous regrettons d'avoir quitter au bout de 2 jours et demi, laissant passer une dépression.

Pour nous Deshaies, a été une halte de repos, où nous avons refait notre approvisionnement de 200 l d'eau par bidonnage (nous remercions la municipalité d'avoir mit à notre disposition, un point d'eau).

Le 16 janvier, nous quittons Deshaies pour l'ile de la Dominique, pour la baie du Prince Rupert, que nous connaissons bien pour y avoir mouiller 5 fois.

Après avoir passé la pointe du Vieux Fort à la pointe Sud de Basse Terre en Guadeloupe, le canal des Saintes nous accueille avec un vent Nord Est de 20 à 25 nœuds avec une mer forte. Les vagues pas très hautes, nous ont passablement mouillées à plusieurs reprises.

Nous passons sous le vent de Terre de Bas de l'archipel des Saintes et mettons le cap sur la Dominique avec une mer très forte. Nous essuyons 5 grains blancs avec des rafales de 35 à 40 nœuds, la mer est blanche et les embruns volent à l'horizontal. Pas du tout confortable, moyenne de 4,80 nœuds.

Après 10 h 25 de navigation pour parcourir 50 milles nautiques, nous arrivons à 17 h 25 dans la baie du Prince Rupert bien fatigué, et méritons notre pot d'arrivée.

 Le 17 janvier,

Départ pour la Martinique à 6 h 45. Nous levons l'ancre avec 8 à 10 nœuds de vent. La descente de la côte sous le vent de la Dominqiue est toujours aussi pénible. Les reliefs de sa montagne relativement élevé, nous coupe le vent et le rend instable aussi bien en direction quand puissance.

A 15 h 05, nous passons la pointe Michèle, et là commence la soufflerie, 25 à 35 nœuds de vent nous attend dans le canal de la Dominique avec une mer forte.

Les 25 milles qui séparent les 2 îles ont été faites avec 7 nœuds de moyenne.

A 18 h 00, à la nuit tombante, nous plantons l'ancre devant le village de Case Pilote en Martinique.

Le parcours de 61 milles nautiques a été fait à 5,30 nœuds de moyenne.

Le 18 janvier,

Case Pilote, ce petit port de pêche, dont le village fut détruit en 1979 par le cyclone David a été reconstruit pour la pêche et la plaisance locale.

Le mouillage à l'extérieur du port se fait sur fond de sable et d'herbiers. C'est un bon mouillage avec une bonne tenue à l’ancrage.

Case Pilote - Martinique (1)

 

Case Pilote - Martinique (3)

 

Case Pilote - Martinique (4)

Le village est très plaisant avec sur la place de la mairie une fontaine ornée de petits angelots. Sur cette place se trouve une bonne boulangerie.

Case Pilote - Martinique (9)

 

Case Pilote - Martinique- fontaine (14)

 

Case Pilote - Martinique (11)

Après avoir fait le tour du village, et de son port, nous levons l'ancre à 13 h 40 pour Saint Anne. Case Pilote / Saint Anne 25 milles nautiques à parcourir avec un vent d'Est, de 18 à 20 nœuds.

Case Pilote - Martinique (5)

 

Case Pilote - Martinique (6)

 

Case Pilote - Martinique (8)

A 18 h 15, juste avant la tombée de la nuit nous posons l'ancre par 6 mètres d'eau devant St Anne. Mouillage très fréquenté.

 

Le 19 janvier au 24 janvier 2017,

Escale technique au Marin pour plusieurs jours.